vendredi 23 mai 2014

Un lancer d'espions

Croyez-le ou non, votre Tenancier a toujours considéré la collection Espionnage au Fleuve Noir comme une série crépusculaire. Sans doute cela est dû au fond noir des couvertures des débuts de la collection mais également au fait que cet univers avait toujours des corrélations intimes avec la nuit ou bien avec des univers en faillite. Bien évidemment, nous sommes loin des ouvrages de Le Carré et la lecture de ces livres ne nécessitent pas trop de ressources en intellect. Du reste, si l’on trouve pas mal d’ouvrages particuliers sur les collections policières ou de SF, on serait en peine de trouver une bibliographie un peu fouillée sur l'espionnage. Certes, votre Tenancier n’as nullement vocation à l’universalité et on pourra lui opposer tel source ou tel publication rien que pour le contrarier, certes… Mais augurez donc avec moi qu’on ne croule pas sous la quantité. Nous détenons une étude, un ouvrage général pour lequel on s’est empressé de distraire quelques sesterces, il s’agit de L’idéologie dans le roman d’espionnage, d’Érik Neveu. Si le dieu Janus nous protège comme il faut, p’têt ben qu’on aura le temps de vous en causer un de ces jours.
L’évocation de cet ouvrage n’est pas innocente ici. L’idéologie du roman d’espionnage au Fleuve Noir ne se distingue pas par sa nuance ni sa défense absolue d’un idéal libertaire, loin de là. On sort de ces lectures avec plus de convictions impérialistes que des idées démocratiques et les droits de l’homme y sont plutôt une vue de l’esprit. Quant à la place de la femme dans ce genre de littérature, chacun de nous a eu dans les mains les ignobles petites saloperies estampillées SAS (publiées par la concurrence, chez Plon) dont l’auteur fut d’ailleurs encensé récemment dans les colonnes de Libération. A toute cette littérature consternante pour ce qui concerne la dignité même de ceux qui la lisent sans le recul nécessaire, il fallait opposer un auteur quelque peu reposant : G.-J. Arnaud.
On se propose dans les temps à venir de chroniquer de temps à autre une série qui faisait partie de la collection Espionnage au Fleuve Noir et dont le héros, Serge Kovask, alias Le Commander, constitue une sorte de bain de fraîcheur dans le machisme et la violence ordinaire. A travers cette petites chronique, on se propose de suivre l’évolution, importante, du personnage et également de rendre hommage à un auteur populaire méconnu du grand public et dont on estime la production à plus de 350 titres.

2 commentaires:

  1. Pas assez connu, en effet, le sieur Arnaud. C'est vrai qu'outre "la comapgnie des glaces", il a quand même fait des choses intéressantes.
    Pour le reste, je n'avais pas vu que Libé encensait le pâle "auteur" des torchons néo-réac que vous indiquez, cher Tenancier. Mais, quelque part, je n'en suis guère étonné...

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Libé en a fait quelque chose de pratiquement "hype"...

      Supprimer