mardi 5 août 2014

Charade

Ah mais saurez-vous me dire quelle est la fameuse charade de la Belle-Hélène d'Offenbach ?

7 commentaires:

  1. Mon premier se donne au malade, mon deuxième, c'est vous ou moi...
Le troisième de ma charade 
convient aux gens de qui l'emploi 
est d'aller, quand la nuit arrive,
 partout ramasser les haillons,
 les chiffons. Mon quatrième est une rive
 où manque l'air absolument.
 Mon tout par les chemins s'en va comme le vent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. CHARADE
      Mon premier se donne au malade...



      Achille triomphant

      «Se donne au malade...» je sais ce que c'est ! je sais ce que c'est !



      Voix nombreuses

      N'interrompez pas ! n'interrompez pas !



      Agamemnon légèrement gouailleur

      Vous savez ce que c'est ?



      Achille

      Pardieu, oui !... ce n'est pas difficile... «se donne au malade...»



      Mouvements divers.



      Agamemnon

      C'est de mauvais goût ce que vous dites... et puis, ce n'est pas ça du
      tout !... Reprenez, roi Ménélas.



      Ménélas lisant

      Mon premier se donne au malade ;

      Mon deuxième, c'est vous ou moi...

      Le troisième de ma charade

      Convient aux gens de qui l'emploi

      Est d'aller, quand la nuit arrive,

      Partout ramasser les haillons,

      Les chiffons.



      La foule, d'un seul cri

      Hotte ! hotte ! hotte !



      Agamemnon se levant

      Eh bien ! oui... le troisième c'est Hotte... Allons, l'abrutissement
      n'est pas aussi complet que nous pouvions le croire... Continuez, roi
      Ménélas !



      Il se rassied.



      Ménélas continuant

      Mon quatrième est une rive

      Où manque l'air absolument.

      Mon tout par les chemins s'en va comme le vent.



      J'ai dit.



      Silence. Il se rassied.

      Supprimer
    2. Agamemnon

      Eh bien, allez-y, jeunes athlètes !



      Ajax premier

      Anecdotique !



      Ajax deuxième

      Emmailloté !



      Achille

      Gibelotte !



      Ils répètent les mots tous les trois ensemble.



      Voyons... procédons par ordre... Qui est-ce qui a dit : «anecdotique» ?



      Ajax premier

      Moi, Ajax premier.



      Agamemnon

      Comment expliquez-vous ?... âne, d'abord ?



      Ajax premier

      Eh bien ! le roi Ménélas a dit : «C'est vous ou moi !»



      Ménélas à Agamemnon

      Il va un peu loin !...



      Agamemnon avec bonhomie

      Vous auriez peut-être raison, s'il s'agissait de la deuxième syllabe,
      mais il s'agit de la première : «se donne au malade...» (Regardant
      Ajax premier qui s'avance
      .) Pauvre homme !... (Ajax deuxième
      fait reculer Ajax premier
      .) Passons à un autre !... Qui a dit :
      «emmailloté» ?



      Ajax deuxième

      Moi, mais je le retire...



      Agamemnon

      Eh bien, si j'ai un conseil à donner à celui qui a dit : «gibelotte»,
      c'est d'en faire autant !



      Achille

      Cela vaudrait la peine d'être discuté... car, enfin, il y a hotte, dans
      «gibelotte», il y a hotte !



      Murmures.



      Agamemnon

      Allons, à de plus malins !.... Eh bien ! personne ?...



      Chacun cherche, la tête dans ses mains. A ce moment, Pâris sort de
      la foule
      .



      Hélène avec un cri, se levant

      Ah !... lui !...



      Agamemnon, se levant aussi

      Quoi, reine ?



      Hélène

      Regardez !



      Agamemnon

      Un berger !... Que veux-tu, jeune berger ?



      Pâris très simplement

      Dire le mot de la charade.



      Achille

      Jeune présomptueux !...



      Agamemnon

      Il est certain que cela serait d'un fâcheux exemple après que des
      rois... Parle, cependant, parle.



      Il se rassied ainsi qu'Hélène.



      Pâris

      Mon premier se donne au malade : loch...



      Ménélas regardant sur le papier

      Oui... oui !



      Pâris

      Mon deuxième, c'est vous ou moi : homme !



      Ménélas de même

      Oui ! oui !



      Pâris

      Le troisième de ma charade

      Convient aux gens de qui l'emploi

      Est de ramasser les chiffons...



      Achille vivement

      Hotte !...



      Agamemnon

      Tout le monde l'a dit.



      Achille à Pâris

      Je t'attends au quatrième.



      Pâris

      M'y voici !... Il est bête, le quatrième, mais il n'est pas
      difficile... une rive sans r.. ive !... Loch, homme, hotte, ive.



      Achille vivement

      Locomotive !... j'ai trouvé !



      Pâris

      Oui, locomotive... Et c'est très fort d'avoir trouvé ça quatre mille
      ans avant l'invention des chemins de fer.

      Supprimer
    3. Bravo pour avoir trouvé !
      Ci-dessus, l'extrait en question !

      Supprimer
  2. J'avoue ne pas comprendre pourquoi on donne le loch au malade.

    RépondreSupprimer
  3. @ Gil
    Le loch désigne des confiseries : nougats, loukoums, massepain, guimauve etc. du Moyen Âge, ou une potion, un médicament constitué d'un mucilage et d'une émulsion. Déf. « Cette expression, empruntée à la langue arabe, désigne un médicament liquide de la consistance d'un sirop épais, due en partie à un corps huileux qui y est suspendu, et destiné à être administré à petite doses, par la bouche, dans les maladies des voies respiratoires. »
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Loch_(pharmacie)

    RépondreSupprimer