jeudi 6 novembre 2014

Des livres imaginaires...

Le Tenancier ne va pas se mettre à faire ce qu’il a expressément dénoncé il y a peu, c'est-à-dire de se mêler de chroniquer des ouvrages qu’il n’a pas lus. Néanmoins peut-il évoquer son passage le lundi 3 novembre à la librairie Équipages où étaient présentés deux ouvrages dont la caractéristique commune résidait dans l’évocation de livres imaginaires… Les plus attentifs auront d’ailleurs lu l’annonce faite ici même.
La présentation a déclenché l’enthousiasme de votre serviteur. Non qu’elle se fit avec un luxe d’esbroufe mais simplement par l’étalage d’une érudition joyeuse, réjouissante qui a emporté l’adhésion de l’assistance. Les deux auteurs ainsi que l’éditeur de l’un d’eux étaient au fond de la librairie et se renvoyaient la balle à propos de leurs ouvrages.
 
  Patrick Boman, Pierre Laurendeau, Stéphane Mahieu

 Si l’on a pas pu lire déjà les ouvrages acquis lors de cette rencontre, du moins peut on parler plus aisément du livre de Stéphane Mahieu qui se présente sous la forme d’un catalogue de ces ouvrages classés par ordre alphabétique de titres. Ainsi, y trouvera-t-on des titres mentionnés, voire chroniqués, par des auteurs éminents : Borges mais également E.P. Jacobs (nous avons sous les yeux la notice concernant The Mega Wave par le Professeur John Wade – Londres 1922) A l’évidence cet ouvrage ne peut se lire dans la continuité sous peine d’ennui mais doit se découvrir peu à peu comme on le ferait d’ouvrages que le Tenancier possède également dans sa bibliothèque comme Le guide de nulle part et d’ailleurs ou L’Encyclopédie de VersinsLa Bibliothèque invisible fait partie de ces catalogues qui s’appuient sur l’imaginaire des auteurs compilés, une promenade dans une sorte de monde parallèle. On sait, avec par exemple l’histoire de la bibliothèque du Comte de Fortsas, que la tentation du catalogage imaginaire demeure une vieille tentation (Stéphane Mahieu cite Rabelais, mais on peut parier sur une antériorité dans un recoin de scriptorium moyenâgeux...) On y trouve un accomplissement provisoire dans la découverte de cet ouvrage.
L’autre livre est plus délicat à évoquer car le Catalogues lacunaires des éditions Mozschar et Rhib est un récit qui est constitué de l’exposition de plusieurs ouvrages imaginaires dont le contenu explique le destin des protagonistes. Ainsi, chaque notice est répertoriée dans les règles, c'est-à-dire en commençant par le titre, le lieu, l’éditeur éventuel, la date et sa matérialisation. Le tout est suivi d’une notice. On se réjouira à l’avance de découvrir celle du titre suivant : De la simplification des procédures administratives afin de réduire notablement le nombre de fonctionnaires en particulier par les autorisation de fouille, creusement, percement, édification, recrutement, etc., avec tableaux synoptiques, diagrammes de force, projections de Gauss et calcul des moyennes par la méthode dite « des longues traînes », s.l. [Bucarest], 1898, 178 p.
Mais ce qui nous a le plus frappé à propos de ce livre est la personnalité de son... rédacteur, Patrick Boman, lors de cette rencontre. On entendait cet homme massif et quelque peu réservé se mettre à évoquer des étuis péniens en fourrure de marmotte avec un sérieux imperturbable qui nous rappelait cette impassibilité que l’on prête à Alexandre Vialatte. Tout à coup, on avait l’impression de voir surgir l’explorateur des sources du Zprug sous nos yeux (tentative d’exploration du Captain Geoffrey Blackfoot — Londres, journal of The Geographical Society, 1900, vol. XIV, n°32, avec 2 cartes lithographiées, réed. Venise, 1901, 38 p.), un de ces hétéroclites qui traversent avec un grand éclat de rire un monde littéraire compassé. On l’aura deviné, le Tenancier vient de se transformer en amateur de Patrick Boman et il se fait devoir de lire tout ce qu’il pourra trouver de lui, à commencer par ce catalogue dont vous pouvez lire plus bas et en lien le résumé.
 

Patrick Boman
par Élisabeth Haakman
 
On a pu également rencontré Pierre Laurendeau, l'éditeur de Sous la Cape, et l’on s’en félicite, figurez-vous.
Et l'on vous rappelle les références parce que nous ne sommes pas chiens, nous autres, tout Tenancier que nous sommes :

Stéphane Mahieu : La Bibliothèque invisible — Catalogue de livres imaginaires
Éditions du Sandre, 2014 — 26 €
(Page de l'éditeur ici)









 Patrick Boman : Catalogues lacunaires des éditions Mozchar et du Rhib
Sous la Cape, 2013 — 14€
(Site de l'éditeur et résumé ici)

5 commentaires:

  1. Il est vrai que tout cela semble fort alléchant...
    Il faudra que je voie si je peux trouver cela dans mes lointaines contrées (ou via le Ouaibe, évidemment).

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
  2. D'enthousiasme, je ne me suis pas arrêté à cela et j'ai également pris de Boman "Des nouilles dans le cosmos" qui est censé être un roman de SF.
    On va voir.

    RépondreSupprimer
  3. Bizarre que vous n'ayez pas croisé plus tôt l'œuvre de Patrick Boman, cher Tenancier, car il a tout de même publié Blonde enfant d'Astarté : éloge de l'échalote aux éditions du Fourneau en 1997 et La Typographie cent règles (avec Christian Laucou) au Polygraphe en 2005…

    Pour ma part, j'avais encore voici peu son Trébizonde en hiver mais il semblerait hélas que je l'aie vendu…

    RépondreSupprimer
  4. Oui, je les possède tous les deux, mais ce n'était pas des volumes propres à provoquer le même enthousiasme bien qu'ils étaient amusants...

    RépondreSupprimer
  5. On dirait que Boman est assis sur la sellette, mais non, il est drôlement bien croqué !

    ArD

    RépondreSupprimer