lundi 30 mars 2015

Jacasseur

Jacasseur : Bavard.

Géo Sandry & Marcel Carrère : Dictionnaire de l’argot moderne (1953)

(Index)

dimanche 29 mars 2015

10/18 : La geste du roi Arthur




La geste du roi Arthur
selon le Roman de Brut
de Wace
et l'Historia Regum Britanniae
de Geoffroy de Monmouth

Présentation, édition et traductions
par Emmanuèle Baumgartner
et Ian Short

Édition bilingue

« Bibliothèque Médiévale »
dirigée par Paul Zumthor

n° 2346
Paris, Union Générale d'Édition
Coll. 10/18

347 pages (352 pages)
Dépôt légal : mars 1993
ISBN 2-264-01252-8

Couverture : Les chevaliers Esclabor et Arfasar se mettent au service du roi Arthur (détail).
Venise. Bibl. Marciana. © Giraudon

Table des matières :

Introduction [7-26]

La geste du roi Arthur
selon le Roman de Brut de Wace [28-259]
La naissance d'Arthur — 29
La mort d'Uther — 43
Avènement d'Arthur, Arthur et les Saxons — 51
Le temps des conquêtes — 79
L'apogée du règne — 99
Arthur et Rome : L'ambassade de Rome — 121
Arthur et le géant du Mont-Saint-Michel — 149
A la conquète de Rome — 173
La fin du règne — 245

La partie arthurienne
de l'Histoire des rois de Grande-Bretagne de Geoffroy de Monmouth. [261-320]

Leçons du manuscrit non retenues [321-322]
Liste des vers omis [323-327]
Notes [329-338]
Indications bibliographiques [339-343]
Carte [345]

Table des matières [347]


(Contribution du Tenancier)
Index

Idem au cresson

Idem au cresson : Même chose.

Géo Sandry & Marcel Carrère : Dictionnaire de l’argot moderne (1953)

(Index)

Conjecture en géographie physique et culturelle

...ǝʇêʇ ɐl à sɐd ʇuǝıɐɹǝʇuoɯ ınl ǝu sǝɹnʇɔǝl sǝuıɐʇɹǝɔ 'ǝılɐɹʇsnɐ uǝ 'ıs ǝpuɐɯǝp ǝs ɹǝıɔuɐuǝʇ ǝl

Habitants

Habitants : Vermine. Avoir des habitants. Syn; : totos, morbacs, etc.

Géo Sandry & Marcel Carrère : Dictionnaire de l’argot moderne (1953)

(Index)

Hips

Voici ce que j'ai trouvé ce soir dans un exemplaire de L'Atlantide, de Pierre Benoit :
Il faut signaler que la maison Nicolas avait coutume de soigner ses catalogues et diverses publications. On retrouve parfois en vente des exemplaires de Monseigneur Le Vin, illustrés par des artistes comme Carlègle, ou d'autres un peu moins connus.
Le dessin, ici, est signé Charles Loupot, et non Draeger, comme je l'avais hâtivement indiqué auparavant...
Naturellement, la consommation abusive d'alcool, etc., etc.


Billet paru dans le blogue Feuilles d'automne en septembre 2009.

Gâche

Gâche : Emploi. Une bonne gâche : une bonne place.

Géo Sandry & Marcel Carrère : Dictionnaire de l’argot moderne (1953)



Gâche n.f. 1. Emploi ou poste facile à tenir et bien rétribué. ○ EXEMPLE : Je fais la campagne de Me Dugenet ; s'il passe, j'aurais une gâche à la mairie.
2. Combinaison fructueuse comportant le minimum de risque pénal. ○ EXEMPLE : Le course par course, c'est la bonne gâche.

Albert Simonin : Petit Simonin illustré par l'exemple (1968)

(Index)

10/18 — Robert Jaulin : Gens du soi, gens de l'autre




Robert Jaulin

Gens du soi, gens de l'autre

Publié avec le concours du Centre national de la Recherche scientifique

n° 800

448 p.
Folioté jusque 28
Couverture de Pierre Bernard, photos de Roger Viollet
Les six dernières pages occupées par la « Liste alphabétique par noms d'auteurs des ouvrages disponibles » dans la Collection 10/18 et la liste des six ouvrages de la collection Bibliothèque 10/18
Achevé d'imprimer le 17 septembre 1973 sur les presses de l'imprimerie Bussière, Saint-Amand (Cher).
N° d'édit. 599 - N° d'imp. 1233 - Dépôt légal : 4e trimestre 1973.

« Pour mon ami Bernard Delfendahl, lequel vient d'être mis à la porte du Centre national de la Recherche scientifique.
Bernard Delfendah a publié une remarquable critique des méthodes de réflexion et d'analyse de deux des "maîtres" de l'ethnologie contemporaine, Claude Levi-Strauss et Louis Dumont (Le Clair et l'Obscur, édition Anthropos) ; et la commission d'ethnologie du C.N.R.S. dut estimer qu'il s'agissait là d'un acte d'impiété et non de recherche ; ces Messieurs sanctionnèrent. »

4e de couv. :

« Une théorie relative à la description des civilisations est-elle possible ? Peut-on imaginer un instrument qui ne se substitue pas au sujet qu'il appréhende. A défaut de répondre à ces problèmes ce livre essaie d'analyser divers discours d'existence comme la méthode descriptive utilisée dans le cours de ces analyses. Ces discours hors des mots sont des relations de consommation, de production, de résidence, amoureuses. Ils réfèrent en l'occurence à deux civilisations, celles des Sara du Tchad et des Bari d'Amazonie. Loin de faire ressortir un dénominateur commun aux civilisations considérées cette méthode aboutit au contraire à la mise en évidence de leur irréductibilité. Seule la mort des civilisations est unitaire et toute procédure humaine unitaire est en fait orientée vers cette mort. L'occident est une telle procédure. »

TABLE DES MATIERES :

Préface.
Chapitre Premier : LE CÔTÉ SARA
I. Sara et Mara
II. Distribution des femmes et des biens chez les Mara

Chapitre II : LE CÔTÉ BARI
I. Les travaux et les jours (par Solange Pinton)
À propos de la suite
II. La maison Orobia
III. Maisons collectives et systèmes à deux relations
IV. La constitution de la maison collective
V. Le mariage Bari

Chapitre III : LANGAGES DU SOI, LANGAGES DE L'AUTRE
A) Endogamie, exogamie
I. Parenté ou alliance
II. Remarques sur les classes généalogiques et les relations matrimoniales
III. Le couple et l'inceste
B) Espace, sexualité, cuisine
I. Les lieux habités
II. La qualité sexuelle de l'espace
III. La tendresse entre jeunes hommes
IV. Cuisine marquée, cuisine discrète
V. Femmes et lieux
C) Échange et partage
a) Préliminaire
b) La communication résidentielle
c) Les partages de nourriture
d) Les langages du travail
e) Les langages du pouvoir
f) Le partage des morts

Conclusion

(Contribution de Grégory Haleux)
Index

Fabriqué, Fabriquer

Fabriqué (Être) : Être arrêté. (Rabasse)

Lorédan Larchey : Dictionnaire historique d'argot, 9e édition, 1881



Fabriqué (Être) : 1° Arrêté. 2° Exploité. Fabriqué au départ : avant de commencer.

Fabriquer : Voler.

Fabriquer (Se faire) : Posséder, tromper. Syn : Arnaquer.

Géo Sandry & Marcel Carrère : Dictionnaire de l’argot moderne (1953)



Fabriqué adj. Victime ○ EXEMPLE : Le poulets cernent la cabane, on est fabriqués

Albert Simonin : Petit Simonin illustré par l'exemple (1968)

(Index)

samedi 28 mars 2015

Une première page

La suite à lire ici

Eau à pédale

Eau à pédale : (Même sens)

Géo Sandry & Marcel Carrère : Dictionnaire de l’argot moderne (1953)

(Index)

Voir : Eau à ressort.

10/18 - Witold Gombrowicz - Ferdydurke




Witold Gombrowicz

Ferdydurke
traduit par Georges Sédir

n° 741
Paris, Union Générale d'Édition
Coll. 10/18

Copyright Christian Bourgois, 1973 pour la traduction française

308 pages (320 pages)
Dépôt légal : 1er trimestre 1973
Achevé d'imprimer le 31 janvier 1973
Imprimerie Bussière - Saint-Amand (Cher)
N° d'édit. 544 - N° d'imp. 1749

Volume triple

Couverture de Pierre Bernard. Photo Paczowski-L'Herne

Table des matières p 311 :

Chapitre I. Enlèvement : [5-25]
Chapitre II. Emprisonnement et suite du rapetissement : [27-55]
Chapitre III. Attrapage et suite du malaxage : [57-76]
Chapitre IV. Introduction à Philidor doublé d'enfant : [77-96]
Chapitre V. Philidor doublé d'enfant : [97-112]
Chapitre VI. Séduction et suite de l'entraînement vers la jeunesse : [113-129]
Chapitre VII. Amour : [131-143]
Chapitre VIII. Compote : [145-160]
Chapitre IX. Espionnage et suite de la plongée : [161-182]
Chapitre X. Déchaînement de jambes et nouvel attrapage : [183-209]
Chapitre XI. Introduction à Philibert doublé d'enfant : [211-217]
Chapitre XII. Philibert doublé d'enfant : [219-221]
Chapitre XIII. Le valet de ferme, ou nouvel agrafage : [223-260]
Chapitre XIV. Déchaînement de gueules et nouvel attrapage : [261-310]

Titres de l'auteur dans la collection 10/18 : [2]
Titres de l'auteur chez Christian Éditeur Bourgois : [2]

Liste alphabétique  par noms d'auteurs des ouvrages disponibles au 31 juillet 1976 : [313-318]


(Contribution de krrr.)
Index

Dab, Dabe

Dab, Dabe : Dieu « Mercure seul tu adoreras comme dabe de l'entrollement. » (Vidocq.)

Dabe
: Père (Grandval.)

Dabe : Maître. (idem.) — « C'est notre dabe, notre maître. » (Balzac.)

Dabe (grand), Dabe : Roi : « Mais grand dabe qui se fâche dit : Par mon caloquet. » (Vidocq.) V. Dasbuche.

Dabe d'argent : Speculum. Cet instrument de chirurgie est pris dans lans le sens de maître. Argent fait allusion à la matière. — Cramper avec le dabe d'argent ; passer à la visite; (Argot des filles.)

Dabe de la cigogne : Mot à mot : maître de la justice. Procureur général. — « On vient me chercher de la part du dabe de la cigogne. » (Balzac.)

Lorédan Larchey : Dictionnaire historique d'argot, 9e édition, 1881



Dabe : Père, patron. Syn : Daron.

Dabesse : Mère, patronne (V. Daronne). Syn. : Dabuche.

Dabs : Parent. (Le père et la mère). Mes dabs.

Dabs (Les beaux) : Les beaux parents. Beau-dabe, belle dabesse.

Géo Sandry & Marcel Carrère : Dictionnaire de l’argot moderne (1953)



Dabe n.m. Père. ○ EXEMPLE : Pour maquiller un chèque, il restait sans rival sur la place, c'est son dabe qui l'avait formé.
« Dabe » désignait primitivement : le roi (Jargon de l'Argot réformé, 1628). Il apparaît que ce mot a connu, Louis-Philippe régnant, une surprenante extension de sens. Selon Vidocq, il signifiait à cette époque : « maître », et également lorsqu'il était assorti de l'adjectif grand (« grand dabe ») : « Dieu » et le « Roi », ce dernier étant encore nommé « dabuche ».
Relevons ce surprenant trait de conformisme chez les hommes des classes dangereuses du début du XIXe siècle, qui disposent d'un mot pour nommer Dieu et le roi, dans ce même temps où Balzac affirme au cours de l'avant-propos de La Comédie humaine : « J'écris à la lueur de deux Vérités éternelle : la Religion, la Monarchie. »
De nos jours aucune expression argotique ne permet plus d'évoquer le souverain, fût-il étranger, et pas davantage l'Éternel dont les truands modernes, sauf rarissimes exceptions, n'ont ni curiosité ni crainte. On pourra m'objecter le fait, fréquemment observé, de gens du milieu, hommes ou femmes, faisant donner à leur progéniture une éducation chrétienne. Il ne s'agit le plus souvent que d'une tentative de reclassement social où la foi entre pour une part très mince, et surtout d'un hommage à une discipline morale dont on a pu constater l'efficacité, pour en avoir soi-même été privé.
En ce qui concerne les conversions opérée par les aumôniers dans les prisons et maisons centrales, on doit tenir compte du désir légitime du prisonnier d’interrompre la monotonie de la détention et ne pas leur accorder une trop grande signification religieuse.
Le taux élevé de fréquentation des offices relevé dans certaines chapelles de ces maisons serait plutôt l'effet d'un prestige personnel du prêtre, que celui-ci soit un prédicateur brillant ou bien  qu'il ait réussi à gagner, par une attitude cordialement humaine, la confiance des détenus. Toutefois, disons tout net que la majorité des prisonniers va entendre la messe uniquement pour des raisons de commodité, c'est-à-dire dans l'espoir de pouvoir rencontrer un compagnon avec lequel l'éloignement des cellules ne permet pas d'échanges de nouvelles. Remarquons à propos de l'athéisme actuel du milieu, qu'on n'y entend plus jamais blasphémer le nom de Dieu et que le juron tellement en honneur aux XVIIIe et XIXe siècles chez les hommes des classes dangereuses a pratiquement disparu de l'argot.

Albert Simonin : Petit Simonin illustré par l'exemple (1968)

(Index)

vendredi 27 mars 2015

10-18 — Hubert Juin : Lectures du XIXe siècle — 2




Hubert Juin

Lectures du XIXe siècle
Tome 2

n° 1178

Série « Fins de siècles »
1977

Couverture de Pierre Bernard


(Contribution de SPiRitus)
Index

Ça sent le roussi

Ça sent le roussi : Il y a du danger. Syn de : la rousse est dans le coin : la police rôde dans les environs.

Géo Sandry & Marcel Carrère : Dictionnaire de l’argot moderne (1953)

(Index)

jeudi 26 mars 2015

Une lettre de Cléopâtre à Jules César

Comme l'émission sur Vrain-Lucas ne donne pas le contenu des lettres « historiques » fabriquées par le faussaire, votre Tenancier — ne reculant devant aucun sacrifice — vous livre ici le contenu de l'une d'elles :
« Cléopâtre, royne, à son très amé Jules César, empereur.
 
Mon très aimé, nostre fils Césarion va bien. J'espère que bientost il sera en estat de supporter le voyage d'icy à Marceilles où j'ai besoin de le faire instruire tant à cause du bon air qu'on y respire et des belles choses qu'on y enseigne. Je vous prins donc de me dire combien de temps encore resterez en ces contrées, car j'y veux conduire moi-mesme nostre fils et vous prier par icelle occasion. C'est vovs dire, mon très amé, le contentement que je ressens lorsque je me trouve près de vous et ce attendant, je prins les dieux avoir vous en considération. Le XI mars de l'an de Rome VCCIX.
Cléopâtre. »
Piqué dans :
Jean-Louis Chardans : Dictionnaire des trucs — Pauvert (1960)
 
On ne peut que vous inciter à vous reporter à l'évocation de la carrière du faussaire dans l'émission mise en ligne ici. On y parle d'ailleurs cette lettre. Le lecteur pressé pourra toujours ce reporter au dictionnaire ci-dessus, encore accessible à un prix démocratique chez quelques libraires d'ancien et d'occasions...

Baba

Baba : Étonné, ébahi. L'avoir dans le baba : dans le coin les plus secret de son individu.

Baba de pissotière : Crouton imbibé d'urine très apprécié ches les « scatophages ».

Géo Sandry & Marcel Carrère : Dictionnaire de l’argot moderne (1953)



Baba n. m. 1. Fessier. ne s'emploie que sur le mode plaisant. ○ EXEMPLE : Tant que tu la baratines, elle peut encore résister, mais dès que t'envoies la louche au baba, ça fait un malheur !
A donné lieu à la formation des locutions « l'avoir dans le baba », « se le faire mettre dans le baba » : être victime, perdant, vaincu. ○ EXEMPLE : Jojo avait un alibi de première, n'empêche que chez le curieux, il l'a eu dans le baba !
2. Croûton de pain que des maniaques (stercophages), connaissant le réflexe masculin qui incite à viser lors de la fonction urinaire, placent dans les vespasiennes afin de les faire imbiber, à des fins de dégustations ultérieures. Un de mes amis avait, vers 1930, période où les pissotières de Montmarte paraissent en avoir recelé le plus, baptisé cet entremet insolite « le pain au vice »...

Albert Simonin : Petit Simonin illustré par l'exemple (1968)

(Index)

Une historiette de Béatrice

Je l’ai lu, çuilà. Et ça, t’as lu ? Moi oui. Et celui-ci aussi. Oh et celui-là, il faut que tu le lises. Ah oui ? Tu lis beaucoup toi.

Cette historiette a été publiée pour la première fois en avril 2012 sur le blog Feuilles d'automne

Abonné (au guignon)

Abonné (au guignon) : Individu qui a le guignon.

Géo Sandry & Marcel Carrère : Dictionnaire de l’argot moderne (1953)

(Index)

Connaissez-vous Vrain-Lucas ?

Non ? Eh bien, la toujours intéressante émission Le Salon noir sur France Culture, vous éclairera !


Signalons que ce mauvais sujet a souvent été traité dans les colonnes de revues de bibliophile. On le comprend, c'est un "bon client"...

Voleurs

Voleurs, s. m. pl. Morceaux de papier qui se trouvent collés aux feuilles durant l'impression (Vinçard), et qui produisent des moines sur la feuille imprimée. Momoro les appelle Larrons

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

mardi 24 mars 2015

Les écrivains à table : Honoré de Balzac

Brillat-Savarin affirme que les médecins, les magistrats, les hommes de lettres, les ecclésiastiques, les financiers sont généralement des gourmets accomplis et d’éminents gastronomes.
En y réfléchissant un peu, on pourrait n’être pas de son avis. A l’époque où il écrivit sa Physiologie du goût, les médecins de campagne avalaient une omelette et une tranche de jambon  sur une table de cuisine dans la ferme où ils avaient été appelés ; les curés qui n’étaient pas riches, menaient le petit train des vieux célibataires gouvernés par une servante canonique et les écrivains arrivaient assez tard à la célébrité qui apporte à ceux qu’elle comble la fortune, sans laquelle il est difficile de vivre largement.
Certains avaient connu la misère, les basses ratatouilles qui délabrent l’estomac, et les plus grands artistes ne sont pas forcément sensibles à l’art de cuire. On peut penser que le prodigieux auteur de la Comédie Humaine ne fut pas un gastronome émérite, et il y a de bonnes raisons à cela.
Souvent à court d’argent, son ménage devait être assez mal tenu et sa façon de vivre eût sans doute déconcerté la cuisinière la plus dévouée. Il se couchait le soir à l’heure où les gourmets en sont à peine au rôti, vers huit heures, n’ayant pris qu’une légère collation et, quittant son lit à quatre heures du matin, il revenait à sa table de travail où il demeurait jusqu’à midi, se soutenant de nombreuses tasses de café qu’il buvait sans sucre.
Son déjeuner, au milieu de la journée, se composait d’un œuf ou d’une côtelette, de fruits, d’un verre d’eau et encore de café.
Nous savons par Léon Gozlan la recette de ce dernier. Balzac allait acheter lui-même le Bourbon rue du Mont-Blanc, le Martinique rue des Vieilles Haudriettes au Marais, et le Moka chez un épicier de la rue de l’Université.
Le thé qu’il aimait aussi beaucoup était, à l’en croire, une chose merveilleuse qui avait sa légende. On le cultivait dans une sorte de domaine enchanté, uniquement pour l’Empereur du Céleste Empire ; des filles de mandarins à boutons de cristal et de corail, belles et vierges, le cueillaient à l’aurore et l’ambassadeur du Czar à Paris en offrait quelques poignées au romancier dont on ne peut pas sourire et qu’il faut croire en tout, car il était de la même étoffe que ses songes, selon le mot de Shakespeare.
A la fin du vieux monde qui n’en avait plus que pour quatre ans, en 1936, Grandgousier publia une photographie, celle de la cafetière de Balzac qui doit être toujours rue Raynouard, à Passy, dans la maison à peu près vide où les fidèles du maître gardent pieusement quelques objets qui lui ont appartenu.
Elle porte sur sa porcelaine deux lettres gothiques :
H.B.
et une couronne de comte ou de marquis. Peut-être le pauvre grand homme avait-il fini par croire à sa noblesse héréditaire !
Sa sœur, Mme Laure Surville, y croyait bien ! J’ai acheté autrefois sur les quais un roman, Le Compagnon du Foyer, qu’elle publia en 1854, non pas pour le lire mais parce qu’elle écrivit sur la page de faux-titre une dédicace : Hommage de l’auteur L. Surville, née de Balzac.
Le même bouquiniste me laissa pour quelques sous un petit in-12 qui contenait La Meilleure Complainte Sur Le Licenciement de la Garde Nationale, par deux tambours, qu’on vendait trente centimes en 1827.
Je le pris parce qu’on y lisait au bas de la deuxième page en caractères minuscules : Imprimerie de M. Balzac, rue des Marais-Saint-Germain.
A cette époque, Balzac ne faisait pas encore timbrer d’une couronne sa cafetière, et sans doute vivait-il comme tous les petits bourgeois de son quartier qui, à la fin du règne de Charles X, déjeunaient à onze heures, dînaient à six et se couchaient à dix…
A cause de sa carrure et de sa bedaine, certains l’ont imaginé à peu près pareil au gourmand que Boilly peignit sur l’enseigne de Corcellet.
Un caricaturiste le représentait même en train de fumer un de ces gros cigares qui parfument de Havane la fin des bons repas commençant par une bisque d’écrevisses, finissant pas un foie gras truffé de Tivolier de Toulouse et arrosé généreusement de Vouvray, de Chambertin et de Champagne. En réalité, il abominait le tabac et il ne fuma jamais qu’un cigare que lui offrit Eugène Süe et qui le rendit fort malade.
La Vérité n’est pas souvent l’amie de l’Histoire.
Balzac était un buveur d’eau, un amateur de café et il ne mettait rien au-dessus d’une poire du Doyenné ; seulement, après des semaines de travail nocturne, de sobriété, de fruits, de verres d’eau et de tasses de moka, il avait de temps en temps de magnifiques fringales qu’il allait satisfaire chez un traiteur en renom. On le voyait alors attablé au Palais-Royal, chez » Véry, chez Véfour, ou aux Frères Provençaux, dans ce paradis de la noce, de la bombance, des tripots et de l’amour qu’était ce coin de Paris.
On conte qu’un jour, après s’être ouvert l’appétit par six ou sept douzaines d’huîtres, il vint à bout d’une sole normande, d’un caneton aux navets, d’un perdreau rôti, et Léon Gozlan parle d’une déjeuner qu’ils firent ensemble dans un cabaret de Saint-Cloud.
Balzac demanda du gigot braisé !
— On vient de servir la dernière tranche à une Anglaise, répondit-on, et comme il ne restait ni fricassée de poulet ni rien de ce qui était sur la carte du menu, Léon Gozlan réclama du sphinx.
— Je vais voir à la cuisine s’il en reste encore, dit le garçon.
Il revint en s’excusant :
— Monsieur, il n’y en a plus.
« Je vois encore, dit Gozlan, le visage de Balzac, comprimé d’abord par l’étonnement, se détendre tout à coup et atteindre aux proportions lunaires d’un épanouissement produit par une irrésistible hilarité… »
Le garçon avait ordre de répondre toujours aux clients :
— « Il n’y en a plus », et jamais « Il n’y en a pas ».
Que ne servit-il aux deux amis une escalope de veau en affirmant que c’était du sphinx ? Balzac eût été ravi. Aux Jardies, il écrivait au charbon, sur ses murs vides : Ici un revêtement en marbre de Paros, là une tapisserie d’Aubusson, et dans un cadre vide : ici une peinture de Rembrandt ! Il se meublait à bon compte, mais les trésors qu’il imaginait prenaient corps pour l’éternité humaine.
A quelqu’un qui lui contait ses malheurs et qui avait perdu sa femme, sa belle-mère et son gendre, il répondit, naturellement : « Revenons à la réalité… Rastignac… » Ce héros du roman était plus vivant pour lui que ses voisins de Passy, et à part les belles poires, l’eau pure et le café très fort, le sorcier de la Comédie Humaine n’a probablement aimé que les côtelettes de Sphinx, le pot-au-feu de Phœnix et les ragoûts de Chimère qu’aucun traiteur ne pouvait lui servir.
 
Léo Larguier
in : Grandgousier, Avril-Mai 1949

lundi 23 mars 2015

Violon

Violon, s. m. Grande galée en bois ou en métal.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

Réforme scolaire

Rappelons ici que votre Tenancier milite pour le retour de Pie VII et du lac Titicaca dans les programmes des écoles, du moins s’ils les avaient quitté.
 Sinon, alors, tout va bien : il se déclare heureux et quiet.

dimanche 22 mars 2015

Ut

Ut. Premier mot d'une phrase latine dont se servaient autrefois les typographes en trinquant. Voici la phrase complète : Ut tibi prosit meri potio!. « Que ce verre de vin pur te soit salutaire ! » Peu à peu la formule latine de ce souhait devint inintelligible pour la plupart ; alors on l'abrégea, puis on se contenta du premier mot. Ne pourrait-on pas croire que l'expression moderne : zut ! qui est, il est vrai, le contraire d'un souhait poli, en est une corruption ? 

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

mercredi 18 mars 2015

Un cas d'adoption

Le Tenancier vous présente le petit dernier et c’est le cas de le dire puisqu'on vous y convie à l’exercice lucratif de l’adoption. Quatrième opus publié à Sous la Cape, ce qui fait diablement plaisir à l'autheur !


Yves Letort 
Un cas d'adoption
  Édition numérique ou papier à commander sur le site de
 Sous La Cape.

Pour les autres textes du Tenancier, allez donc voir ici.

Tableautier

Tableautier, s. m. Compositeur qui fait spécialement les tableaux, les ouvrages à filets et à chiffres. 

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

10/18 — Octave Mirbeau : L'abbé Jules




Octave Mirbeau

L'abbé Jules
Préface d'Hubert Juin

n° 1132

Série « Fins de siècles »
1977

Couverture de Pierre Bernard


(Contribution de SPiRitus)
Index

Sac (Avoir le)

Sac (Avoir le) ou Être saqué, v. Avoir de l'argent, être riche.
On dit encore dans le même sens : Être au sac.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

mardi 17 mars 2015

10/18 — Edmund Wilson : Pardon aux Iroquois





Edmund Wilson

Pardon aux Iroquois
précédé d'une éthude de Joseph Mitchell
Les Mohawk, charpentiers de l'acier
et suivi d'une postface de Vine Deloria
Traduit de l'américain par Solange Pinton

n° 1070
Paris, Union Générale d'Édition
Coll. 10/18
Série « 7 »

307 pages (320 pages)
Dépôt légal : 4e trimestre 1976
Achevé d'imprimer le 2 novembre 1976
ISBN 2.264.00078-3
Volume quintuple

Couverture de Pierre Bernard. Photo : Roger Viollet

Table des matières :

Edmund Wilson : Avant-Propos [7-8]
Joseph Mitchell : Les Mohawk, charpentiers de l'acier [9-41]
Edmund Wilson : Pardon aux Iroquois [45-295]
Vine Deloria : Postface [296-308]
Table des matières [309]

Printemps 1976 — Liste alphabétique  des ouvrages disponibles au 31 juillet 1976 [311-318]

« Le titre original de cet ouvrage est Apologies to the Iroquiois by Edmund Wilson  by Joseph Pitchell with a study of The Mohawks in High Steel »


(Contribution du Tenancier)
Index

Ranger

Ranger, v. a. Mettre en pâte. Ce mot est employé ironiquement et par antiphrase. Lorsqu'un homme de conscience laisse échapper de ses mains un compartiment de casse, un paquet de distribution ou tout autre objet, les compagnons charitables ne manquent pas de s'écrier, en appuyant sur le dernier mot: Ce n'est rien ; c'est la conscience qui Range !

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

10/18 — Arthur Young : Voyages en France





Arthur Young

Voyages en France dans les années 1787, 1788 et 1789
Extraits et présentation par Philippe Bernard

n° 513 / 514
Paris, Union Générale d'Édition
Coll. 10/18

313 pages (320 pages)
Dépôt légal : 4e trimestre 1970

Couverture de Pierre Bernard. Photo : Roger Viollet

Table des matières :

Introduction [7-24]

Première partie : Notes de voyage
Premier voyage (1787) [25-90]
Deuxième voyage (1788) [91-118]
Troisième voyage (1789) [119-247]

Deuxième partie : Observations
Des rotations en France [249-258]
De la vigne [259-268]
Des clôtures [268-275]
Des tenures et de l'étendue des fermes en France [275-290]
De la Révolution française  [291-311]

Table des matières [311-314]


(Contribution du Tenancier)
Index

Que t'ès

Que t'ès. Riposte saugrenue que les compositeurs se renvoient à tour de rôle, quand l'un d'eux, en lisant ou en discourant, se sert d'un qualificatif prêtant au ridicule. Donnons un exemple pour nous faire mieux comprendre. Supposons que quelqu'un dans l'atelier lise cette phrase: « Sur la plage nous rencontrâmes un sauvage... » un plaisant interrompt et s'écrie : Que t'ès ! (sauvage que tu es !). C'est une scie assez peu spirituelle, qui se répète encore dans les galeries de composition plusieurs fois par jour.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

lundi 16 mars 2015

Je ne vend(ai)s pas de livres anciens

Le Tenancier n'est plus libraire. Fini, a plus ! N'empêche il ne l'a pas été pendant 35 ans pour rien. Donc il a encore raison de remettre ce billet qui fut publié sur le blogue Feuilles d'automne en juin 2012...

— « Bon, on s'résume : vous vendez des livres anciens ?
— Euh... non.
— Vous vendez des livres neufs alors ?
— Non plus. Je vends des livres modernes.»
A ce stade, certains interlocuteurs ont déjà décroché. Pour la plupart, le livre ancien est une chose qui n'est plus disponible.
Un point, c'est tout.
Mais, ce genre de généralisation finit toujours par froisser quelqu'un, parce que vraiment pas conforme à la réalité du commerce de livres en France. Comme nous sommes emplis de cette longanimité qui fait les grands buveurs ou les grands mystiques, nous allons vous débroussailler un peu tout cela. Notons, pour les puristes, que nous allons travailler à la hache, instrument qui résoud les conflits dynastiques en Angleterre, les déviances trotskistes au Mexique et fait très bonne figure dans Shining. On le voit, c'est un outil dialectique puissant mais guère nuancé.
Charge, donc, à ces puristes de finir aux ciseaux de couture ce que nous aurons déjà essarté.
Qu'est-ce qu'un livre ancien ?
Eh bien, c'est un livre qui présente quelques singularités, dont la principale est d'avoir été imprimé avant la Révolution, ce qui représente tout de même une période extrêmement longue. Pour autant, on ne peut confondre les premiers livres imprimés (dénommés "incunables" pour tout ce qui précède 1500) et les oeuvres du Marquis de Saint Evremond publiées en 1714 à Londres, par exemple : différence de formats, de techniques et de contenus, bien évidemment. Et donc, différence de valeur. Le commerce de livres anciens ne s'improvise pas. Il faut une solide culture classique, la maîtrise du latin est la bienvenue. On travaille assez souvent sur des pièces plutôt exceptionnelles. La raison en incombe au temps qui décime les rangs des tirages, à ces mêmes tirages assez réduits (à raison de l'alphabétisation des époques concernées, et des techniques d’impression). Même dans le livre ancien, il existe des spécialités bien déterminées, liées aux périodes : incunables et un peu après, ouvrages du XVIIe et XVIIIe, ouvrages scientifiques (pensons à l'Encyclopédie, à Buffon, à Linné, etc., ouvrages souvent superbement illustrés, du reste !), ouvrages reliés "aux armes", etc.
Précisons brièvement que ces armes constituent en quelque sorte le blason que le propriétaire fait apposer sur ses ouvrages. A défaut de connaissances approfondies, le libraire concerné se devra de posséder nombre d'ouvrages d'héraldique pour identifier tel ou tel ouvrage. Du reste, certains de ces ouvrages ont un pedigree, une "traçabilité", pour parler comme les cadres de l'agroalimentaire, qui permet de retracer leur pérégrination de propriétaire en propriétaire. Souvent, devenus précieux - encore plus précieux qu'ils ne le furent à l'origine pour quelques-uns - ils ont figuré dans les inventaires d'héritages, de dispersions, dans les catalogues de vente. On devine donc le caractère chaque fois exceptionnel de ce type d'ouvrage et l’on comprend qu'il fasse l'objet de la plus grande attention des bibliophiles concernés, la valeur ajoutée étant dans ces cas précis le fait que ces ouvrages furent en possession de personnes connues, voire célèbres.
Il est tout de même encore possible d'accéder à des livres anciens à des prix raisonnables, à ces petits in-16° modestes et cependant curieux et attachants. L'état de ces livres, hélas, n'est pas souvent de la première fraîcheur. Il reste cette sensation du toucher du papier ancien, de la façon dont le livre même s'ouvre sous nos yeux, et le texte, cela va de soi !
La période révolutionnaire va bouleverser l’ancien monde et aussi apporter quelques changements au livre. On assiste aux premières tentatives d'impression à bon marché et en quantité avec des techniques telles que la stéréotypie. Les reliures vont changer d'aspect, les ornements et l'architecture des reliures va évoluer. Peut-on parler encore de livres anciens ? Pré-modernes ? « Anté-romantiques »? Voici une question à laquelle j'aimerais avoir un éclaircissement satisfaisant. Si quelqu'un parmi vous... Bien sûr, je répercuterai la réponse !
Pour brève que fut cette période intermédiaire, elle va être une période de mutations intenses : quelques dynasties de libraires (en ce temps-là, la notion d'éditeur n'existe pas vraiment, c'est le libraire qui se charge de la publication des livres) vont développer une véritable politique de production, telle la dynastie des Lebel pour des ouvrages religieux, par exemple.
En matière de livre, tout est pratiquement en place pour une révolution industrielle : essor de l'alphabétisation, mobilisation de capitaux importants pour des entreprises de presse ou d'édition et enfin la capacité technique sous la forme de presses à vapeur (Koenig et Bauer en 1813)
Ainsi, cet essor technique qui allait favoriser la presse populaire des deux côtés de l'océan (Greeley et Gordon Bennett à New York, Girardin à Paris) va provoquer la naissance de plusieurs phénomène éditoriaux :
La naissance du feuilleton dans la presse, bien sûr.
L'individuation (1) de la notion d'auteur - La société des gens de lettres est un paraphénomène de ce changement de statut.
L'apparition de dynasties d'éditeurs : Mame à Tour, Hachette, Firmin Didot à Paris, etc.
On abandonne la reliure en cuir traditionnelle pour l'emploi de cartonnages polychromes illustrés - souvent des récits édifiants pour ce qui concerne les ouvrages de chez Mame.
Cette période du Livre Romantique va également connaître les débuts ou la systématisation de nombreux procédés de reproductions graphiques : gravures sur acier, eaux-fortes, etc., favorisant ainsi la diffusion des images.
Arrive enfin le livre moderne. Datons sa naissance vers 1848. A ce moment, l'univers éditorial se met en place. Nous voyons la disparition progressive du libraire comme commanditaire d'édition, la notion de droit d'auteur est amplifiée, l'édition devient un métier à part entière. A côté de Didot et Hachette, l'on voit apparaître ou bien se confirmer des noms qui vont perdurer très longtemps : Hetzel, Calmann-Lévy, etc. Le livre se diversifie, l'ouvrage broché - avec une couverture papier - remplace de plus en plus la reliure destinée désormais aux ouvrages de luxe sur les étals de librairies.
Le livre moderne, sa disparité, son abondance, va aussi galvaniser la création littéraire. C'est l'impression en masse à un coût relativement réduit qui va favoriser l'essor de jeunes écoles littéraires et de créations marginales. C'est aussi cette production de masse qui va favoriser l'apparition du "Best Seller", de l'auteur comme "Monstre Sacré" et de son ombre, qu'est "l'Écrivain Maudit". C'est aussi l'essor de la production bibliophilique qui va créer des essais originaux qui perdurent avec quelque éclat de nos jours en matière de création de livres. Cette explosion du livre pourrait être, par analogie, comparée à l'explosion du Cambrien, commentée par Stephen Jay Gould...
Evidemment, dans le Livre Moderne, il n'est pratiquement pas de frein à celui qui voudrait se spécialiser : Histoire, Philosophie, Littérature, Sciences, Belles Lettres, Illustrés, etc.
Ces spécialités feront l'objet d'une autre blogueuse promenade.
On résume :
Livres Anciens : avant la Révolution
Livres Romantiques : Avant 1848
Livres Modernes : Après 1848.
Les amateurs éclairés constateront plusieurs lacunes et imprécisions. N'ayant en aucune manière prétention à tout connaître de son métier (2), le soussigné serait enchanté qu'on lui communique précisions et corrections.
En tout cas, je ne vends pas de livres anciens. Où alors, qu'exceptionnellement.
Vous voilà prévenus.

(1) - Ce terme est utilisé notamment par Sartre à propos de Baudelaire...
(2) - Pour corriger toutes les sottises que j'ai pu proférer, le lecteur qui voudra en savoir plus et qui a du temps devant lui consultera avec bonheur l'Histoire de l'édition française en quatre volumes publiée par Fayard et le Cercle de la Librairie. Il existe d'autres ouvrages plus spécialisés et plus précis encore. On les citera à l'occasion.

Page blanche (Être)

Page blanche (Être) v. Être innocent de ce qui s'est fait. Cette locution s'emploie le plus souvent avec la négation : Dans cette affaire, dit le prote, vous n'êtes pas page blanche, c'est-à-dire Vous êtes complice, ou Vous y avez participé en quelque chose.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

L'édission est un spore de conbas

Une historiette de Béatrice

— « Mais il a un défaut ce livre ! Je vais devoir couper les pages pour le lire moi ! Vous me faites un prix ? »

Cette historiette a été publiée pour la première fois en mars 2012 sur le blog Feuilles d'automne

Macchabée

Macchabée, s. m. Un mort. V. Macabre.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

mercredi 11 mars 2015

10/18 — Franco Basaglia & Franca Basaglia-Ongaro : La majorité déviante




Franco Basaglia et Franca Basaglia-Ongaro

La Majorité déviante - L'idéologie du contrôle social total
Traduit par Michel Makarius
(Einaudi Editore)

n° 1111
Volume triple

192 p
1974
« La composition, l'impression et le brochage de ce livre ont été effectués par Firmin-Didot S.A., pour le compte des éditions U.G.E.»
Achevé d'imprimer le 27 octobre 1976
N° d'édition : 922 - N° d'impression : 9505 - Dépôt légal : 4e trimestre 1975
ISBN 2.264-00041-4

Couverture de Pierre Bernard, Photo du film La tête contre les murs de Georges Franju, Cahiers du Cinéma
Collection dirigée par Christian Bourgois

« On trouvera réunis dans le présent ouvrage les textes suivants :
Jurgen RUESCH, Social Disability : the Problem of Misfits in Society. Rapport présenté au Congrès « Towards a Healthy Communauty » organisé par la « World Federation for Mental Health and Social Psychiatry », Edimbourg, mai 1969.
Edwin LAMBERT, Paranoia and the Dynamics of Exclusion, extrait de l'ouvrage Human Deviance, Social Problems and Social Problems and Social Control, Prentice Hall Inc., Englewood Cliffs, New Jersey, 1967.
Gianni SCALIA, La Ragione della follia, publié dans une première version dans « Classe e stato », n°5, décembre 1968.
Les interviews des participants du Network de Londres ont été recueillies en septembre 1969 pan [sic] Paolo Tranchina, Mario Mariani et les auteurs.
Cet ouvrage est paru pour la première fois en 1971 chez Einaudi Editore sous le titre la Maggioranza deviante. »

4e de couv. :
« Un ouvrage fondamental sur le rôle politique et social des asiles psychiatriques. Les auteurs y démontrent que la folie ne peut plus être considérée comme un problème purement médical, et que l'origine des maladies appelées mentales doit être cherchée dans la société. »

TABLE DES MATIERES :

L'habit étroit
L'idéologie de la différence
Les cols noirs
L'objectivité au pouvoir
La majorité déviante
L'impossible stratégie
La maladie et son double
La raison de la folie

(Contribution de Grégory Haleux)
Index

Lapin (Manger un)

Lapin (Manger un), v. Aller à l'enterrement d'un camarade. Cette locution vient sans doute de ce que, à l'issue de la cérémonie funèbre, les assistants se réunissaient autrefois dans quelque restaurant avoisinant le cimetière et, en guise de repas des funérailles, mangeaient un lapin plus ou moins authentique. Cette coutume tend à disparaître ; aujourd'hui, le lapin est remplacé par un morceau de fromage ou de la charcuterie et quelques litres de vin.
Nous avons connu un compositeur philosophe, le meilleur garçon du monde, qui, avec raison, se croyait atteint d'une maladie dont la terminaison lui paraissait devoir être fatale et prochaine. Or, une chose surtout le chiffonnait: c'était la pensée attristante qu'il n'assisterait pas au repas de ses funérailles; en un mot, qu'il ne mangerait pas son propre lapin. Aussi, à l'automne d'antan, par un beau dimanche lendemain de banque, lui et ses amis s'envolèrent vers le bas Meudon et s'abattirent dans une guinguette au bord de l'eau. On fit fête à la friture, au lapin et au vin bleu. Le repas, assaisonné de sortes et de bonne humeur, fut très gai, et le moins gai de tous ne fut pas le futur macchabée. N'est-ce pas gentil ça (1) ?
C'est jeudi. Il est midi; une trentaine de personnes attendent à la porte de l'Hôtel-Dieu que l'heure de la visite aux parents ou aux amis malades ait sonné. Pénétrons avec l'une d'elles, un typographe, « dans l'asile de la souffrance. » Après avoir traversé une cour étroite, gravi un large escalier, respiré ces odeurs douceâtres et écoeurantes qu'on ne trouve que dans les hôpitaux, nous entrons dans la salle Saint-Jean, et nous nous arrêtons au lit n° 35. Là gît un homme encore jeune, la figure hâve, les traits amaigris, râlant déjà. Dans quelques heures, la mort va le saisir; c'est le faux noyé dont il a été question à l'article Attrape-science. Au bruit que fait le visiteur en s'approchant de son lit, le moribond tourne la tête, ébauche un sourire et presse légèrement la main qui cherche la sienne. Aux paroles de consolation et d'espoir que murmure son ami, il répond en hochant la tête: « N-i-ni, c'est fini, mon vieux. Le docteur a dit que je ne passerais pas la journée. Ça m'ennuie... Je tâcherai d'aller jusqu'à demain soir... parce que les amis auraient ainsi samedi et dimanche pour boulotter mon lapin.» Cela ne vaut-il pas le Plaudite ! de l'empereur Auguste, ou le « Baissez le rideau la farce est jouée ! » de notre vieux Rabelais ?

(1) Le typographe auquel il est fait allusion ici s'appelait Genty ; il est mort depuis que ces lignes ont été écrites.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

10/18 — Joris-Karl Huysmans : L'art moderne / Certain




Joris-Karl Huysmans

L'art moderne / Certain
Préface d'Hubert Juin

n° 1054

Série « Fins de siècles »
1986

Couverture : Pornocrates (détail) par Félicien Rops



(Contribution de SPiRitus)
Index

Justification

Justification, s. f. Longueur de la ligne, variable suivant les formats.
Au figuré, Prendre sa justification, c'est prendre ses mesures pour faire quelque chose.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

10/18 — Joris-Karl Huysmans : A rebours / Le drageoir aux épices




Joris-Karl Huysmans

A rebours / Le drageoir aux épices
Préface d'Hubert Juin

n° 975

Série « Fins de siècles »
1991

Couverture : Le rêve (détail) par Odilon Redon


(Contribution de SPiRitus)
Index

Il pleut !

Il pleut ! v. unipers. Exclamation par laquelle un compositeur avertit ses camarades de l'irruption intempestive dans la galerie du prote, du patron ou d'un étranger. Dans quelques maisons, il pleut ! est remplacé par Vingt-deux. Pourquoi vingt-deux ? On n'a jamais pu le savoir.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

Lettres Nouvelles — Arno Schmidt : Scènes de la vie d'un faune

Christophe, qui anime le très intéressant blog L’autre Hidalgo, se pique au jeu de la bibliographie. C’est visiblement l’exposition du titre d’Arno Schmidt dans notre recension des 10/18 qui suscite son enthousiasme. Voici sa glane pour l’édition originale française :
 
in-8°, 192 pages, broché.
— 1 page de garde
— 1 page de titre
— Poème pp 7-8
— Roman pp 9-183
— Postface p 189
— Table p 192
 
Et maintenant, voici les images du livre, qui remplacent en grande partie la notice bibliographique :


L'idée d'établir une bibliographie autour des Lettres Nouvelles est ma foi fort tentante, en parallèle avec ce que nous faisons à propos des 10/18, sachant que ces entreprises éditoriales étaient plutôt complémentaires. On s'en remet à la bonne volonté des habitués du blog à ce sujet...

Hanneton

Hanneton, s. m. Idée fixe et quelquefois saugrenue.
Avoir un hanneton dans le plafond, c'est avoir le cerveau un peu détraqué. On dit aussi, mais plus rarement Avoir une sauterelle dans la guitare et une araignée dans la coloquinte.
Le hanneton le plus répandu parmi les typographes c'est, nous l'avons déjà dit, la passion de l'art dramatique. Dans chaque compositeur il y a un acteur. Ce hanneton-là, il ne faut ni le blâmer ni même plaisanter à son sujet; car il tourne au profit de l'humanité. Combien de veuves, combien d'orphelins, combien de pauvres vieillards ou d'infirmes doivent au hanneton dramatique quelque bien-être et un adoucissement à leurs maux ! Mais il en est d'autres dont il est permis de rire. Ils sont si nombreux et si variés, qu'il serait impossible de les décrire ou même de les énumérer; comme la fantaisie, ils échappent à toute analyse. On peut seulement en prendre quelques-uns sur le fait. Citons, par exemple, celui-ci: Un bon typographe, connu de tout Paris, d'humeur égale, de moeurs douces avait le hanneton de l'improvisation. Quand il était pris d'un coup de feu, sa manie le talonnant, il improvisait des vers de toute mesure, de rimes plus ou moins riches, et quels vers ! Mais la pièce était toujours pathétique et l'aventure tragique ; il ne manquait jamais de terminer par un coup de poignard, à la suite duquel il s'étendait lourdement sur le parquet. Un jour qu'il avait improvisé de cette façon et qu'il était tombé mort au milieu de la galerie de composition, un frère, peu touché, se saisit d'une bouteille pleine d'eau et en versa le contenu sur la tête du pseudo Pradel. Le pauvre poète se releva tout ruisselant et prétendit à juste raison que « la sorte était mauvaise. » C'est le hanneton le plus corsé que nous ayons rencontré et on avouera qu'il frise le coup de marteau.
Un autre a le hanneton de l'agriculture : tout en composant, il rêve qu'il vit au milieu des champs ; il soigne ses vergers, échenille ses arbres, émonde, sarcle, arrache, bêche, plante, récolte. Le O rus, quando ego te aspiciam ? d'Horace est sa devise. Parmi les livres, ceux qu'il préfère sont la Maison rustique et le Parfait Jardinier. Il a d'ailleurs réalisé en partie ses désirs. Sa conduite rangée lui a permis de faire quelques économies, et il a acquis, en dehors des fortifications, un terrain qu'il cultive; malheureusement ce terrain, soumis à la servitude militaire, a été saccagé par le génie à l'approche du siège de Paris. Vous voyez d'ici la chèvre !
Un troisième a une singulière manie. Quand il se trouve un peu en barbe, il s'en va, et, s'arrêtant à un endroit convenable, se parangonne à l'angle d'un mur; puis, d'une voix caverneuse, il se contente de répéter de minute en minute: « Une voiture ! une voiture ! » jusqu'à ce qu'un passant charitable, comprenant son désir, ait fait approcher le véhicule demandé.
Autre hanneton. Celui-ci se croit malade, consulte les ouvrages de médecine et expérimente in anima sua les méthodes qu'il croit applicables à son affection. Nous l'avons vu se promener en plein soleil, au mois de juillet, la tête nue, et s'exposer à une insolation pour guérir des rhumatismes imaginaires. — Actuellement, son rêve est de devenir... cocher.
Un de nos confrères, un correcteur celui-là, a le hanneton de la pêche à la ligne. Pour lui, le dimanche n'a été inventé qu'en vue de ce passe-temps innocent, et on le voit dès le matin de ce jour se diriger vers la Seine, muni de ses engins. Il passe là de longues heures, surveillant le bouchon indicateur. On ne dit pas qu'il ait jamais pris un poisson. En revanche, il a gagné,
Sur les humides bords des royaumes du Vent,
de nombreux rhumes de cerveau.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

mardi 10 mars 2015

Autre contrepet proustien
(Où le Tenancier décline toute responsabilité)

On sait que Proust partage avec Hugo une forte propension à faire couler l'encre du fil de sa plume.
Ce qu'on ignore souvent, en revanche, c'est une autre passion commune à ces deux géants de la littérature, savoir : l'attraction pour les tables tournantes.

Et c'est tout vêtu de jersey que ce furieux anti-rationaliste de Marcel s'écriait, lors de mémorables séances de spiritisme rapportées par Céleste la bien-nommée, à l'adresse des esprits féminins :
« Mortes, dégueulez Kant ! »

George WF Weaver

Galerie

Galerie, s. f. Salle de composition, le plus ordinairement de forme rectangulaire. Les rangs sont placés perpendiculairement à chacun des grands côtés du rectangle. L'espace laissé libre au milieu est en partie occupé par les marbres.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

On les coupe à Jules

Qu’on pardonne au Tenancier sa marotte qui consiste à remettre Verne sur la table à tout bout de champ. Promis, il s’amendera et réduira ses billets à son sujet. En attendant, et même si vous n’êtes pas vernistes pour deux ronds, la nouvelle vous concerne aussi un peu. On vient d’apprendre que la communauté Amiens métropole retirait sa subvention annuelle de 80 000 € allouée au Centre International Jules Verne (Anciennement Centre de Documentation Jules Verne). Certes, nous sommes au courant que la crise touche les budget locaux, que le report de certaines charges naguère assumées par l’état pèse sur ces mêmes budgets. Cette communauté a fait un choix ; on le regrette, mais on reste dubitatif. Pour notre part, nous pensons que se remettre dans les bras d’un organisme étatique ou semi étatique revient à ne plus être maître de sa destinée mais consiste à la soumettre aux décisions de personnes étrangères à cette entreprise culturelle. Cette communauté amiénoise avait repris les rênes du centre en 2011, il a fallu peu de temps pour que cette association vieille de presque 45 ans disparaisse. Il semble que le fonds documentaire sera transféré à l’Université de Picardie, ce dont on se réjouit pour les chercheurs. Reste tout de même le prétexte invoqué par Nathalie Devèze, la vice-président chargée de la culture, qui laisse rêveur. Voici ce qu’elle déclare à la journaliste du Courrier Picard :
«  Nous nous sommes en effet interrogé sur l’activité de cette association. La revue qu’elle publie pas forcément de manière très régulière s’adresse à un public averti. Ses animations à destination des scolaires sont inexistantes. Nous leur avons pourtant demandé de déposer une demande de contrat local d'éducation artistique pour les écoles maternelles et primaires  ».
Ainsi, le maintien du Centre de documentation était soumis à une obligation de résultat, attitude assez typique des édiles dans leur démarches productiviste de la culture. Cette idée de rentabilité à court terme fait comme d’habitude fi de ce qui avait été réalisé par le passé par l’association. Incidemment, le discours de cette personne renvoie de nouveau Verne à son statut d’écrivain pour la jeunesse, confirmant l’ignorance crasse qui règne dans le marigot de l’administration culturelle et notamment vis-à-vis du travail de ce Centre international et de ceux qui le fréquente. Oserait-on demander aux Amis de Pierre Louÿs de souscrire à un contrat avec les écoles ? Personnellement, la chose m’amuserait. On peut sans peine deviner que la raison invoquée était un prétexte pour une raison qui nous échappe puisque nous ne sommes pas familier avec ce genre de manœuvre (nous n’aimons ni les subventions ni les tutelles par chez nous !) Argument hypocrite, inconséquence budgétaire qui fait que l’association ayant récemment déménagé, elle devra sans doute fermer ses portes. Qui a donc avalisé ce déménagement pour couper ensuite les subventions ?
Il est de règle en ce moment de sabrer tout les budgets concernant la culture. Ce n’est qu’une étape de la précarisation de la population. La diminution générale des services publiques, des soutiens à l’activité culturelle ou sociale est une manière comme une autre de conditionner le corps social à l’inacceptable. Cette coupe budgétaire n’est qu’une péripétie dans le vaste repli opéré actuellement. Déjà, nombres d’activités culturelles sont touchées sous le prétexte qu’elles ne sont pas rentables. Nous avions déjà une ministre de la culture qui ne lisait pas. Sans doute faut-il déduire que nous méritons ce qui est en train de se passer.
 
(On vous renvoie au site du Centre de Documentation pour en savoir plus sur son activité passée. En illustration deux des productions de l'association.)

lundi 9 mars 2015

Contrepet proustien censurable

On sait que Proust aimait fricoter avec de jeunes godelureaux bien membrés.
Son mignon préféré était un certain Albert, à qui il ne pouvait s'empêcher de déclarer, admiratif, chaque fois qu'il glissait la main dans sa culotte : « Albert, ta pine durçit !… »

George WF Weaver

Embaucher

Embaucher, v. a. Admettre un compositeur dans un atelier.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

10/18 — Jules Verne : Les naufragés du « Jonathan »





Jules Verne

Les naufragés du « Jonathan »
Préface de Francis Lacassin

n° 1209
Paris, Union Générale d'Édition
Coll. 10/18
Série « Jules Verne inattendu »

444 pages (448 pages)
Dépôt légal : 1er trimestre 1978

Couverture de Pierre Bernard. Doc. DR
Volume sextuple

Sommaire :

Francis Lacassin : Pourquoi Jules Verne en 10/18 [5-6]
Jules Verne : Les naufragés du Jonathan [7-444]
Table des matières [445-446]


(Contribution du Tenancier)
Index

Débinance, Débiner

Débinance, s. f. Action de débiner, de dire du mal de quelqu'un.

Débiner, v. Dénigrer, dire du mal de quelqu'un. N'est pas particulier au langage typographique.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

Antilope

Kennedy fit signe à son compagnon de se taire et de s’arrêter. Il fallait savoir se passer de chien, et, quelle que fût l’agilité de Joe, il ne pouvait avoir le nez d’un braque ou d’un lévrier.
Dans le lit d’un torrent où stagnaient encore quelques mares, se désaltéraient une troupe d’une dizaine d’antilopes. Ces gracieux animaux, flairant un danger, paraissaient inquiets ; entre chaque lampée, leur jolie tête se redressait avec vivacité, humant de ses narines mobiles l’air au vent des chasseurs.
Kennedy contourna quelques massifs, tandis que Joe demeurait immobile. ; il parvint à portée de fusil et fit feu. La troupe disparut en un clin d’œil ; seule une antilope mâle, frappée au défaut de l’épaule, tombait foudroyée. Kennedy se précipita sur sa proie.
C’était un blawe-bock, un magnifique animal d’un bleu pâle tirant sur le gris avec le ventre et l’intérieur des jambes d’une blancheur de neige.
« Le beau coup de fusil ! s’écria le chasseur. C’est une espèce très rare d’antilope, et j’espère bien préparer sa peau de manière à la conserver.
— Par exemple ! y pensez-vous, monsieur Dick ?
— Sans doute ! Regarde donc ce splendide pelage.
— Mais le docteur Fergusson n’admettra jamais une pareille surcharge.
— Tu as raison, Joe ! Il est pourtant fâcheux d’abandonner tout entier un si bel animal !
— Tout entier ! non pas, monsieur Dick ; nous allons en tirer tous les avantages nutritifs qu’il possède, et si vous le permettez, je vais m’en acquitter aussi bien que le syndic de l’honorable corporation des bouchers de Londres.
— A ton aise, mon ami ; tu sais pourtant qu’en ma qualité de chasseur, je ne suis pas plus embarrassé de dépouiller une pièce de gibier que de l’abattre.
— J’en suis sûr, monsieur Dick ; alors ne vous gênez pas pour établir un fourneau sur trois pierres ; vous aurez du bois mort en quantité, et je ne vous demande que quelques minutes pour utiliser vos charbons ardents.
— Ce ne sera pas long », répliqua Kennedy.
Il procéda aussitôt à la construction de son foyer, qui flambait quelques instants plus tard.
Joe avait retiré du corps de l’antilope une douzaine de côtelettes et les morceaux les plus tendres du filet, qui se transformèrent bientôt en grillades savoureuses.

Jules Verne : Cinq semaines en ballon (1862) — Chapitre XIV
(Sommaire)