jeudi 26 mars 2015

Une lettre de Cléopâtre à Jules César

Comme l'émission sur Vrain-Lucas ne donne pas le contenu des lettres « historiques » fabriquées par le faussaire, votre Tenancier — ne reculant devant aucun sacrifice — vous livre ici le contenu de l'une d'elles :
« Cléopâtre, royne, à son très amé Jules César, empereur.
 
Mon très aimé, nostre fils Césarion va bien. J'espère que bientost il sera en estat de supporter le voyage d'icy à Marceilles où j'ai besoin de le faire instruire tant à cause du bon air qu'on y respire et des belles choses qu'on y enseigne. Je vous prins donc de me dire combien de temps encore resterez en ces contrées, car j'y veux conduire moi-mesme nostre fils et vous prier par icelle occasion. C'est vovs dire, mon très amé, le contentement que je ressens lorsque je me trouve près de vous et ce attendant, je prins les dieux avoir vous en considération. Le XI mars de l'an de Rome VCCIX.
Cléopâtre. »
Piqué dans :
Jean-Louis Chardans : Dictionnaire des trucs — Pauvert (1960)
 
On ne peut que vous inciter à vous reporter à l'évocation de la carrière du faussaire dans l'émission mise en ligne ici. On y parle d'ailleurs cette lettre. Le lecteur pressé pourra toujours ce reporter au dictionnaire ci-dessus, encore accessible à un prix démocratique chez quelques libraires d'ancien et d'occasions...

4 commentaires:

  1. Allia a publié un florilège de ces lettres voici quelques années, mais ne l'ayant pas sous la main j'ignore si celle-ci y figure.

    RépondreSupprimer
  2. Si vous le voyez passer un jour, mon cher George, pensez à moi...

    RépondreSupprimer
  3. Une édition des travaux de Vrain Lucas par Georges Girard a paru sous le titre : "Le Parfait Secrétaire des grands hommes ou Les Lettres de Sapho, Platon, Vercingétorix, Cléopâtre, Marie-Madeleine, Charlemagne, Jeanne d'Arc, et autres personnages illustres mises au jour par Vrain Lucas". Avec quatre fac-similés. Tout cela publié aux éditions À la Cité des Livres, 26, boulevard Malesherbes, en 1924 dans la collection « Fantaisies littéraires ». Il semblerait que cette édition a été reprise par les éditions Allia en 2002.
    On peut regretter que les 27 000 faux autographes vendus à Michel Chasles par Vrain Lucas ont été détruits à l'exception de quelques-uns… mais peut-être une telle quantité nous aurait lassé.
    En tout cas, on peut se faire une idée du travail de faussaire de Vrain Lucas et de la naïveté de l'académicien Michel Chasles grâce à ce ce lien
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525049362

    RépondreSupprimer
  4. Merci, Aurélien, pour vos précisions et pour le lien. Nous avons été vengés de ce que nous a infligé Chasles dans nos devoirs de maths, en tout cas...

    RépondreSupprimer