samedi 13 juin 2015

P.P.C.

Quelques littérateurs ont pris congé avec une dernière parole : saurez-vous dire qui sont les auteurs des phrases suivantes (y'en a des fastoches) ? :

I.
— « Tirez le rideau, la farce est terminée »

II.
— « J'ai trente mille livres de rente et je meurs ! »

III.
— « Je peux vous le confier : Dante m'a toujours ennuyé »

IV.
 — « Pourtant, j'avais quelque chose là ! »

V.
— « Ouvrez donc les volets — de la lumière... plus de lumière ! »

VI.
— « Huit jours avec de la fièvre ! J'aurais encore eu le temps d'écrire un livre », puis dans l'agonie : « Bianchon, appelez Bianchon ! Lui seul me sauvera ! »

VII.
— « Dormir, enfin ! Je vais dormir ! »

VIII.
— « Il va falloir être sérieux là-haut ! »

IX.
— « C'est ici le combat du jour et de la nuit ! », et ensuite : « Allons ! Il est bien temps que je désemplisse le monde ! »

X.
— « Eh bien, je m'en souviendrai de cette planète ! »

XI.
— « Je meurs vraiment au-dessus de mes moyens »

XII.
— « Marinette, pour la première fois, je vais te faire une grosse, une très grosse peine... »

XIII.
— « Je m'ennuie déjà !»

Comme d'habitude, vous pouvez donner vos réponses dans les commentaires.


Post-scriptum : Bien entendu, si vous pouviez éviter les ressources du net, ce serait aussi bien, d'autant que le Tenancier est disposé à vous fournir des indices (mais pas trop, quand même...)

35 commentaires:

  1. Alors, à première vue
    I Rabelais II Proust ? (avec un gros doute) V Voltaire VI Balzac XI Oscar Wilde.
    Après, je sèche...

    RépondreSupprimer
  2. Bravo, Jules, moi je sèche complètement !

    Je me souviens d'un chapitre à ce sujet dans la merveille publiée par Claude Gagnières chez Bouquins, Pour tout l'or des mots.

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. je propose plutôt Barbey d'Aurevilly…

      Supprimer
    2. C'est Villiers de l'Isle-Adam.

      Supprimer
    3. Oui ! Ce qui, accessoirement, démontre l'optimisme de Villiers...
      :-)

      Supprimer
  4. Pas mal. A moins que ce ne soit Saint- Ex ?
    Quant à Proust, à la réflexion, j'ai écrit trop vite...

    RépondreSupprimer
  5. Jules, oui pour Rabelais et oui pour Oscar Wilde et Balzac...
    Le Voltaire, non, voyons, c'est pourtant le plus facile.
    Non George, Zo d'Axa n'y figure pas.

    RépondreSupprimer
  6. Non, Proust, effectivement, n'aurait sans doute pas sorti ça. Pas de Saint Ex dans le coin non plus.

    RépondreSupprimer
  7. Donc, je résume. Pour l'instant :

    I. Rabelais
    VI. Balzac
    XI. Oscar Wilde

    RépondreSupprimer
  8. V Le plus facile ? Aargh...
    Goethe ?

    RépondreSupprimer
  9. Jules, c'est Goethe, bien sûr !
    Guitry était bien trouvé, mon cher Pop, et celui-ci a pu fréquenter ce numéro XIII dans le même milieu, bien que de génération différente.
    Nous avons donc pour le moment :

    I. Rabelais
    V. Goethe
    VI. Balzac
    XI. Oscar Wilde

    Encore un effort...

    RépondreSupprimer
  10. Est-ce que la BD Pierre Tombal est une référence à laquelle vous m'autorisez de me rapporter ?
    Il y a plusieurs de ces "mots" dedans...
    (mais j'ai la flemme d'aller chercher, en fait)

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
  11. Résultat provisoire...

    I. Rabelais
    V. Goethe
    VI. Balzac
    X. Villiers de L'Isle Adam
    XI. Oscar Wilde

    Pour faire avancer les choses, je signale à l'aimable assistance que nous avons observé la chronologie dans ces citations.

    RépondreSupprimer
  12. Le IV est peut-être du Vinci, mais j'ai un doute...

    RépondreSupprimer
  13. Et le XII, possiblement Jules Renard, au vu du pseudonyme affectif à sa mie.

    RépondreSupprimer
  14. Pierre-Louis, C'est évidemment Totor. Pour Vinci il aurait pu le dire mais comme cette liste est chronologique et qu'elle ne concerne que les littérateurs... Et vous avez vu également juste pour Jules Renard !
    Cela fait donc :

    I. Rabelais
    V. Goethe
    VI. Balzac
    IX. Victor Hugo
    X. Villiers de L'Isle Adam
    XI. Oscar Wilde
    XII. Jules Renard

    Pour ne pas vous faire lanterner, je complèterai la liste ce soir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suis-je bête, j'ai visiblement pris la chronologie et la notion de littérateur dans des sens par trop extensifs.

      Ce IV, Descartes, alors ?

      Supprimer
  15. Rien à voir, mais le III m'évoque irrésistiblement ce distique olorime d'Alphonse Allais :

    « Ah ! vois au pont du Loing ! De là, vogue, en mer, Dante !
    Hâve oiseau, pondu loin de la vogue ennuyeuse »
    (Alphonse Allais explique : La rime n'est pas riche, mais j'aime mieux ça que la trivialité).

    Mais du coup, j'y songe, ce serait-y pas Allais, le XIII ?

    RépondreSupprimer
  16. Voici le résultat des courses, car un jeu doit se terminer...

    I. Rabelais
    II. Philippe Desportes
    III. Lope de Vega
    IV André Chenier
    V. Goethe
    VI. Balzac
    VII. Musset
    VIII. Henri Monnier
    IX. Victor Hugo
    X. Villiers de L'Isle Adam
    XI. Oscar Wilde
    XII. Jules Renard
    XIII. Francis de Croisset

    On rajoutera enfin le dernier mot de Clemenceau, parce qu'on ne prête qu'au riche — voyant un prêtre débouler pour l'extrême onction :
    « Enlevez-moi ça ! »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et on se permettra tout de même de citer Guitry, sur son lit de mort et presque au bout du rouleau, pris d'une convulsion quasi fatale, revenant in extremis et regardant son toubib en lâchant : "Docteur, j'ai failli vous perdre !"

      Supprimer
  17. Tonnerre ! J'ai raté un jeu ! Bon, ma petite contribution tout de même, Fontenelle : «En somme, docteur, je meurs guéri.»

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon cher, c'est bien dommage, d'autant que je suis obligé de restreindre les jeux estivaux pour cette année vu que mes sources sont mises en caisse. Nous ferons quelques efforts tout de même.
      Une autre version attribue à Fontenelle (à son médecin) « J'éprouve comme une grand difficulté d'être»...

      Supprimer
  18. "Mes sources sont mises en caisse", ça ressemble furieusement à une contrepéterie !

    Vos caisses mèneraient-elles aux fûts ?

    RépondreSupprimer
  19. Pour ces sources il faut des fouilles dans les caisses...

    RépondreSupprimer
  20. Ce qui nécessite des connaissances en géométrie, car…

    on n'est jamais trop fort pour ce calcul !

    (une de mes préférées)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais entendu qu'"aucun homme n'est jamais assez fort pour ce calcul".

      Supprimer
    2. Exact, M'sieu Pop, c'était bien ça à l'origine, je l'avais reconstituée tout à l'heure de mémoire (là, y'en a pas, comme disait Gainsbourg…)

      Et la dernière traduction de Westlake, des nouvelles ?

      Supprimer
  21. Et à propos de fûts, vous n'ignorez pas que

    c'est à l'ami qu'on offre le vin…

    (cuvée Veuve Poignet)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, z'êtes en forme, Georgie Boy.

      Le type qui livre les spiritueux au Macumba psalmodie habituellement "Un fût, deux caisses, le doigt dans le trou du fût, la main entre les caisses", mais c'est un fripon.

      Supprimer