mardi 2 juin 2015

Un travail en cours...

En 1999 paraissait une nouvelle du Tenancier dans l’anthologie Futurs antérieurs, dirigée par Daniel Riche au Fleuve Noir. Cette histoire intitulée Une curiosité bibliophilique avait la particularité d’avoir été illustrée selon les indications de l’auteur, et non de façon séparée, de la même manière que procédaient Hetzel et Verne avec les illustrateurs des Voyages extraordinaires*. Cela tombait bien : Verne était un des personnage de l’histoire. Rendons grâce à l’infinie patience de l’illustrateur, Fabrice Le Minier, dont l’abnégation n’avait d’égale que les exigences mégalomaniaques du Tenancier. En attendant de republier un jour cette histoire et sa suite d’illustrations, voici quelques essais et brouillons retrouvés dans les archives et qui ne furent pas retenus ou qui furent considérablement remaniés.



On retrouvera la suite de ces illustrations de loin en loin sur le blog.
 ____________________

* L'autonomie de Fabrice était tout de même un peu plus grande, tant pour le sujet que pour la composition...

3 commentaires:

  1. C'est pas pour me vanter, mais ce choix ne pouvait mieux tomber, quoique le Tenancier n'aime pas ce sport de bourges.

    RépondreSupprimer
  2. L'illustrateur a bien capté combien ce sport est mauvais pour le dos (!)


    ArD

    RépondreSupprimer
  3. Eh bien, ArD, c'est presque du vécu, savez-vous. Nous nous réunissions presque chaque semaine l'illustrateur et moi pour discuter du contenu des dessins. Il arrivait que nous descendions en bas de l'immeuble où il y avait une piste d'athlétisme et un terrain de basket et nous allions jouer au badminton sur un petit carré d'herbe à l'intérieur de ce stade. J'ai le souvenir d'une classe de sport passant au large et l'ironie subséquente de ces jeune branlotins à nous voir nous préparer. Ils ont moins rigolé lorsqu'ils nous ont vu faire des échanges. J'en ai d'ailleurs encore mal à l'épaule à y repenser. Ce n'est certes pas du tennis, mais je suis à peu près sûr que cette séquence sportive a inspiré ce cher Fabrice...

    RépondreSupprimer