mercredi 25 novembre 2015

Otto Naumme est-il marxiste-léniniste ?

Les habitués de céans le savent, le Tenancier et Otto Naumme se connaissent depuis fort longtemps et n’était l’éloignement ils se gobergeraient plus souvent sur les terrasses conjecturales autour d’un single malt. La tendre affection qui les unit les incitent à s’offrir mutuellement quelques cadeaux lors de visites en leurs principautés…
C’est pas le tout, mais Otto a d’étranges manies.
Depuis trente ans que le Tenancier et Otto se fréquentent, ce dernier a adopté une constante dans le choix de ses présents qui préoccupe. Elle aboutit à cette question : Otto Naumme, cher et vaillant ami, est-il un adepte farouche du marxisme-léninisme, voire du maoïsme ? Pas mal de cadeaux pourraient y faire penser. Ainsi, alors que votre serviteur n’avait pas atteint le stade du trentenaire, il se voyait offrir un exemplaire du Petit Livre Rouge, avec un supplément du même tonneau, tous deux de petit format comme il se doit. Il ne fait pas de doute qu’Otto soit un visionnaire. A une époque ou une telle littérature était à verser au domaine de la kitcherie rétrograde, Otto par un volontarisme digne d’éloges transforma l’objet en manifeste camp. Ainsi il en est des vulgates comme il en est pour l’art contemporain : rien dans la nature mais beaucoup dans la désignation détermine la fonction profonde de l’artefact. « Qui t’a fait critique, homoncule ? » aurait pu être la réponse à la présomption d’Otto. En réalité la désignation devait plus au goût qu’à la posture. Otto n’étant pas du genre à appliquer les préceptes du Grand Timonier (surtout parce que le whisky chinois doit être dégueu) et vraiment pas du genre à embarquer ses amis dans un telle galère, il fallait se résoudre à l’idée que l’index judicieux de notre ami avait transmis un message esthétique certain. Hélas, cette production digne de l’urinoir de Duchamp disparut de l’environnement du Tenancier au cours d’un déménagement. Nous sommes quiet à ce sujet : la personne qui en a hérité involontairement est une conne. La perte n’est donc pas galvaudée par une possession étrangère qui susciterait la jalousie sachant que les cons ne constituent pas une concurrence. N’empêche, on regrette ce Petit Livre Rouge, merde.
Récemment, votre serviteur fit l’acquisition d’une version Jean de Bonnot de ce Livre des Morts. Tentative kitsch qui n’atteint pas sa valorisation, scorie d’une prétention à vouloir suivre Otto. On est bien peu de chose.
Le deuxième item remarquable s’affranchit un peu plus de l’orthodoxie instaurée par le ready-made pour aborder une sorte de relativisme figuratif qui fait un retour de la contestation picturale des années quatre-vingt, mais avec une distanciation dialectique/critique qui interroge au niveau du vécu (si si). A l’instar du héros du roman de Philippe Goy (Faire le mur, 1980), Otto s’est-il transformé en gardien farouche de l’orthodoxie révolutionnaire après avoir passé la frontière ? Car signalons-le, contrairement à l’item précédent, çui-là fut cueilli sur place. Que nenni, cette apparente allégeance fait retour sur l’altérité et même la dualité de sa démarche. Notons en incise ici que, de même, Otto ne revint pas les yeux bridés, enfin pas plus que son ascendance gasconne ne lui permet, ce n'est pas le Monocle. Il n’en demeure pas moins que le roman de Goy — faut suivre ! — demeure pertinent, hein. Bref, l’objet offert est une photographie d’un potentat local (entendons par là : d’un dignitaire provincial) dont le portrait se transmue selon l’angle de vue en portrait de Mao Zedong jeune — enfin, disons plus frais que vers la fin où, tout de même, il ressemblait à une pâtisserie ayant souffert de la chaleur (nos amis de la Chine populaire nous excuseront volontiers, l’homme demeure toujours sous la chair devenue triste, d’ailleurs si je vous parlais de mon cas… enfin bon). Otto, par ce nouvel avatar kitsch interroge de façon cruciale l’héritage et les implications régressives de la transmission. On voit ici que notre cher donateur pose une question à laquelle il doit répondre dans sa vie personnelle : que devenir après ce que l’on est ? Le cadeau fut accepté avec joie et trône dans nos cabinets peints en rouge comme il se doit.
 

Ce ne fut pas le seul présent. Deux répliques d’affiches de la Révolution culturelle l’accompagnaient. Cela fera l’objet d’un autre billet, ne soyons pas gourmands.
Otto allait-il continuer dans la veine maoïste ? Certes, il demeurait encore beaucoup de matière à explorer, ne serait-ce que l’imagerie qui nous est chère de ces jeunes filles membres des gardes rouges en short dans les rizières et dont la présence, la prestance et la compétences renvoient Silvana Mangano à un putatif poster (je n’ai pas dit postère, hein !) pour la maison Taureau Ailé. Las, Otto n’est point pékinois comme on fut « moscoutaire » au siècle dernier (et comme on l’est maintenant quand on est facho). Fi de la Grande Muraille, foin de la Chine, d’autres horizons, je dirais même d’autres Shangri-La attendaient avec impatience le débarquement de notre ami.
Nous ne fûmes pas déçus de notre attente.
Alors que nous l’attendions dans un cheminement dialectique, toujours adepte de la distanciation critique, mêlant les prodromes du formalisme à un déterminisme idéologique tempéré par une contestation formelle, Otto nous révéla son génie en revenant aux sources de l’art par une technique fresquiste… non : à une chanson de geste tapissière ! Avec ce cadeau exceptionnel, nous étions confrontés à une forme moderne (et en rupture avec la contemporanéité) de l’expression graphique appliqué à l’historicité du signifiant et du signifié. Jamais le collage n’avait atteint avant le cas présent un tel degré de pertinence. Avec cet album nous étions à Bayeux sur Caraïbes ! Que l’on imagine un volume à l’italienne de trente-deux pages relatant les grandes heures de la Révolution cubaine avec des vignettes contrecollées ! Otto — dont nous sommes a peu près certains qu’il avait dû posséder des albums Panini dans sa jeunesse — magnifiait la rupture avec un continent et une culture par un bain de jouvence, une reprise de contact avec la ferveur populaire, un enthousiasme qui semble le rapprocher de plus en plus des prises de position en faveur de l’action-art — concept opportuniste de notre cru, certes, mais révélateur dans notre cas de la dévolution d’Otto. L’album Revolucion Cubana est une réponse au formalisme glacé d’un Lichtenstein par une ferveur latine qui lui est quasi contemporaine. La qualité incertaine de l’impression, à l’instar des sérigraphie warholiennes donne à chaque exemplaire une unicité dominée par l’aléatoire, non redevable au passage manuel de l’encre sur la soie mais tout à l’imperfection des presses. Le procédé réduit encore l’intervention humaine et rejoint le système de représentation anonyme de l’iconographie marxiste-léniniste au service du culte de la personnalité. Otto, après des années de quêtes esthétiques quittait enfin l’obsédante recherche de la pensée conceptuelle pour arriver à l’émotion pure de la construction iconographique. Il faut signaler que ce fut également à cette époque qu’il changea de paire de lunettes. Ce lapsus est du reste révélateur : chez Otto tout est affaire désormais de vision et de ressenti… En tout cas ses prises de position esthétiques en rapport avec la marxisme-léninisme orthodoxe ne sont que pur hasard.
Nous attendons avec impatience un futur voyage au Vietnam de notre ami.
En attendant voici quelques images de l’album.

2 commentaires:

  1. Argh Tenancier, votre élégie otto-man manque de grâce vis-vis de notre président de la Ligue du front de libération (de je ne sais plus quoi). Vous faites carrément l'impasse sur ces petites figurines en 3 D, ces colosses aux pieds agiles que le maoïsme n'a pas eu le besoin de transfigurer; on se demande bien pourquoi. Otto les avait soigneusement déballées à son retour de Chine et nous en offrit une à chaque membre du colloque réuni pour éclaircir le fameux Mystère.
    Je conserve religieusement la mienne, sécurisée au centre d'un gros rouleau de scotch en papier.
    J'espère qu'Otto ne vous tiendra pas rigueur de cette faille dans votre inventaire.

    ArD

    RépondreSupprimer
  2. Mais ma chère ArD ces figurines son contre-révolutionnaire et ne vont pas dans la tendance générale de la démarche. A tout le moins cela démontre l’innocuité relative des choix ottonommiens si l'on considère une palette large. Vous vous doutez bien que ce cher Otto sur trente ans d'amitié n'a pas offert que cela. Cet aspect, pourtant, méritait d'être considéré d'autant que nous avons encore par devers nous des pièces accablantes et accusatives. En fait Otto serait bien un coco. Ou pas.

    RépondreSupprimer