vendredi 12 février 2016

Pour la peau d'un auteur

Le Tenancier à de ces nostalgies, parfois…
Comme ça, au hasard d’un déballage, il feuillette un de ses vieux Métal Hurlant (n°69, novembre 81, comme ça vous m’embêterez plus) et tombe sur la notule suivante p. 19 :
 
 
… et se dit, tout de même que si le rédacteur se cache sous un pseudonyme (si c'en est un) assez quelconque (quoique), le style, lui est on ne peut plus reconnaissable. C’est là que le Tenancier devrait demander l’avis de George WF Weaver. Et puis, fi des cénacles, il ouvre la question : l’auteur est-il bien celui qu’il pense ?

12 commentaires:

  1. J'avoue que je ne vois pas de quel auteur il pourrait s'agir, cher Tenancier.
    Ce que je sais, c'est qu'il aurait pu faire son métier correctement, en nommant le réalisateur dont il "vante" les mérites... Et, puisqu'il a l'air informé, il aurait dû également préciser cette "forte somme".

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
  2. Mon cher Otto, vous renforcez ma conviction dans le sens où je pense que ces omissions sont volontaires. Je n'en dis pas plus pour le moment.

    RépondreSupprimer
  3. Bastid ? Ou Manchette lui-même ?

    RépondreSupprimer
  4. Entièrement d'accord avec l'hypothèse Manchettehimself, notamment à cause de la référence à Hegel.

    Ce genre de blague me fait penser à son invitation pressanteà aller assister à une projection entièrement fictive (voir l'explication ici), et surtout à sa chronique — reprise dans le recueil publié chez Rivages — du très chouette roman En attendant le matin du grand soir de J.-L. Dana (sic !), dont j'ai longtemps pensé qu'il s'agissait de Manchette lui-même ; mais il n'en est apparemment rien, et je ne sais toujours pas quel auteur il dissimule.

    Seule bizarrerie, qui me fait hésiter un peu : le fait que cette notule ait été publiée dans Métal, et non dans Charlie-Hebdo, qui vivait alors ses derniers soubresauts…

    Tenancier, vous nous donnez la réponse (si tant est que vous ayez une certitude) ? ?

    RépondreSupprimer
  5. Il serait intéressant de vérifier si ce soi-disant "Franck Sauvage" a signé d'autres textes dans Métal Hurlant
    Pas trace de lui en tout cas dans l'unique numéro que j'aie sous la main (n°91, sept. 1983), mais je note à la fin des pages de chroniques signées "Joe Staline" (!)

    RépondreSupprimer
  6. Blezel, George, nous tombons d'accord. Pas vu de trace d'autre signature de Franck Sauvage, mais je n'ai pas une collection complète de Métal. Notons toutefois que dans la même rubrique critique on retrouve la signature de Doug Headline ce qui nous fait déduire que le chemin de la rédaction n'était pas inconnue de cette famille...
    Par ailleurs, il me semble avoir vu sous la signature de Manchette la même allusion à Hegel devant les Alpes. Est-ce dans son journal ? C'est bien évanescent à mon souvenir.
    Pas de certitudes, mais une forte présomption, non ?

    RépondreSupprimer
  7. Franck Sauvage est aussi l'Homme Miracle, celui de la Vapeur du Néant. Vos investigations sont périlleuses, ne vous exposez pas trop.

    RépondreSupprimer
  8. Gaspe, M'sieu Pop ! ces confidences recueillies à force d'acrobaties intimes dans les toilettes du Palace au début des années 80, vous pourriez nous en développer les bribes ?

    RépondreSupprimer
  9. Vous ne savez pas où vous avez mis les pieds, bande d'innocents. Votre ingénuité causera votre perte. Il y a des couvercles qu'il vaut mieux ne pas soulever. Abandonnez tout et commencez à courir ! La Vapeur du Néant est déjà presque sur vous. Vite ! Arghhhh...

    RépondreSupprimer
  10. Message posthume, ou peu s'en faut : la solution est dans la cabane d'Oncle Archibald.
    Foncez !
    Ici, au fond des bois à gauche :
    http://oncle-archibald.blogspot.fr/2012/04/franck-sauvage.html

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour ces beautés, M'sieu Pop !
    Mais concernant Manchette, l'affaire semble pliée : un auditeur avisé m'a signalé hier que cet auteur chroniqua dans Métal, de 1977 à 1979, des "jeux de l'esprit" (Ouiqui dixit) sous le pseudonyme de Général-Baron von Staff (!)

    RépondreSupprimer