mercredi 3 août 2016

Où Trieste fout la paix au Tenancier...

L’autre fois, je vous causais de la persistance de l’apparition de Trieste au gré des mes promenades littéraires. Depuis, je n’ai plus eu aucune manifestation, comme si le fait d’avoir exposé cette étrange obsession l’avait jugulée.
Bien, il suffit donc d’écrire sur ce blog pour en être débarrassé. Tant que cela reste dans nos domaines de prédilections, nous n’en demandons pas plus, n’est-ce pas ?

3 commentaires:

  1. Au contraire, cher Tenancier, je pense que voilà une trieste nouvelle.

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
  2. La Brigade des Vermotiseurs a encore frappé !

    RépondreSupprimer
  3. mais l'obsession de qui ?

    RépondreSupprimer