jeudi 15 septembre 2016

Énigme

On sait (nous avons les chiffres !) que nos énigmes ancien régime ont un certain succès. D’ordinaire, nous réservons nos jeux pour l’été, mais comme celui-ci a l’air de durer... eh bien nous nous sommes résolus à prolonger le plaisir.
 
Énigme
 
Lecteur, je m’annonce avec bruit,
Et sans jamais causer d’alarme ;
Pourtant l’effet qui me produit
Fait bien souvent verser des larmes.
Je me répète quelquefois,
Mais toujours dépourvu de grâces,
Et le plus séduisant minois
Fait par moi d’horribles grimaces.
Je fais goûter quelque plaisir ;
Un rien comme lui me fait naître ;
Et l’instant qui me donne l’être,
Tout aussitôt me voit mourir.
Mais il est temps que je finisse ;
Mon récit t’a rendu rêveur.
Courage, allons, mon cher Lecteur !
Bon… t’y voilà… Dieu te bénisse.
 
(Par M. de Beauchesne, Off de M.)
 
Elle est facile ! Si vous avez trouvé, comme d’habitude faites-en nous part dans les commentaires en indiquant votre nom ou à tout le moins un pseudonyme.

21 commentaires:

  1. Bonjour, je pense au rire.
    Christophe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien l'impression que vous avez trouvé, cher Christophe.
      Et je vous en félicite, j'avoue pour ma part ne pas avoir eu votre perspicacité !
      Ne reste plus qu'à mettre ce terme en pratique, rions !

      Otto Naumme

      Supprimer
  2. Eh bien non, ce n'est pas ça. Bien essayé, toutefois...

    RépondreSupprimer
  3. Alors, est-ce le pet ?
    Christophe

    RépondreSupprimer
  4. Aaa… aaa… aaTCHOUM !
    Euh, pardon, le nez me chatouillait.
    Serait-l'éternuement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, il ne restait guère de choix, parmi les bruits corporels involontaires…

      Supprimer
  5. Dès le début j'ai pensé à l'orgasme. ..mais c'est que. ..je veux pas trop faire de bruit...je suis confuse...

    RépondreSupprimer
  6. Pour plus de précision, l'énigme se trouvait dans le numéro du 22 août 1789 du Mercure de France

    RépondreSupprimer
  7. Gaspe ! Je viens seulement de comprendre que le dernier vers donne la clé : suffit de le traduire en angliche…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je vois. Mais ce n'est pas en réalité une traduction mais une civilité qui était également bien française sous l'ancien régime et même sans doute plus tard. J'ai souvenir d'avoir trouvé ça dans des textes classiques français...

      Supprimer
  8. Zut! Pour une fois j'aurais trouvé, car les derniers mots collent avec ce que j'entendais étant enfant, quand j'éternuais :
    « Que Dieu te bénisse et ne te fasse pas le nez plus gros que la cuisse ! »

    ArD

    RépondreSupprimer