mardi 2 juin 2015

La description matérielle des livres dans les catalogues

Nous avons fait connaissance avec la nature du livre proposé, maintenant, si vous le voulez bien, nous allons descendre dans le local technique. Un livre, de bibliophilie ou d’occasion, diffère du livre neuf par le fait qu’il possède une histoire personnelle. Si la description d’un livre sorti à peine de chez l’imprimeur ne mérite que la mention « neuf », les autres ont pu subir des vicissitudes ou des enrichissements. Pourtant, beaucoup de catalogues ne donnent pas l’état des ouvrages. Cela signifie simplement que l’ouvrage est en très bonne condition. Quand un libraire édite un catalogue, les ouvrages qu’il propose sont réputés en excellent état, sauf mention contraire… On peut donc dans la rédaction abandonner les mention Très bon état ou, pire, tbe (qui donne l’impression de lire une annonce pour club échangiste). On sait très bien que cette omission volontaire n’est plus d’usage dans certains catalogues (surtout en ligne) car les amateurs ne seraient pas rassurés s’il ne trouvait pas confirmation de ce fait allant de soi. Le fait est que cette omission est le plus souvent pratiquée par les libraires bibliophiles dont la clientèle est habituée aux usages. Le métier de libraire d’occasion s’est quelque peu dévalorisé en ne suivant pas l’éthique de ses confrères et a dû adopter le mode de description de la brocante, encouragé en cela par les bazars en ligne et sites dont « livre » et « produit » sont à peu près synonymes. Quand on parle d’arasement par le bas, cela arrive également dans les pratiques professionnelles.
Certes, qu’est-ce que cela peut faire qu’on mentionne ou non le bon état implicite de l’ouvrage ? C’est que dans le catalogue papier, chaque ligne compte, voire chaque signe. Cette section vouée à la description matérielle du livre est sous le régime de la contrainte de place, c’est l'endroit où règne l’abréviation qui permet de gagner une ligne par item proposé et donc à terme d’ajouter un peu plus de livres. Ainsi un
in-douze broché, couverture illustrée, 228 pages — Édition originale

se transforme bien souvent en
in-12 br., couv. ill., 288 pp — E.O.

Un autre aspect de la question tient à ce que le libraire garantit l’état des ouvrages, alors à quoi bon le souligner ? Nous évoluons encore dans une pratique marchande désuète ou il y a encore peu, le client payait à réception de sa commande…
On reviendra un de ces jours — comme nous l’avions fait dans notre précédent blog — sur les abréviations qui ont plus ou moins cours entre les pages des catalogues.
Nous l’avons écrit au début, le souci est de rendre compte efficacement du vécu d’un livre, de mentionner le défaut éventuel ou les enrichissements qui peuvent l’accompagner : envois, reliures, lettre autographe ou autres truffe, etc. C’est évidemment cette partie qui fixe le prix de l’ouvrage parmi les autres exemplaires de ce titre. Elle est donc indispensable.
On ne va pas s’amuser ici à donner un cours de description physique de livre. Cela nous emmènerait assez loin parfois dans les réflexions et nous en aborderons quelques aspects un de ces jours également. On ne va cependant pas se priver de donner un exemple :
Que vaut-il mieux ? Donner d’entrée le nombre réel de pages, mentionner la pagination (sachant que les titres, faux titres, gardes etc. ne sont pas numérotés) ou décomposer patiemment chaque partie de l’ouvrage ? Une de ces solution n’est en tout cas pas satisfaisante à mes yeux. Le nombre réel de page donne — lié au format — le nombre de cahiers composant le livre, indication bibliophilique supplémentaire fort utile pour un éventuel relieur ou pour les maniaques (ce qui dans le livre, est un pléonasme, je sais…) Débat un peu byzantin pour les néophytes mais dont on n’épuise pas la substance d’un coup.
C’est arbitrairement que l’on a placé la description physique d’un livre en deuxième position, on la retrouve parfois en queue de notice, au bon plaisir du libraire. Et pour le nôtre. Ce n’est pas une science exacte, au grand dam des créateurs de base de données qui voudraient tout normer. Peut être est-ce une forme de résistance…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire