mercredi 3 mars 2021

Une historiette de Béatrice

Toutes vos BD sont là ? C'est 5 euros la BD ? Oui je vous demande car je vois que c'est marqué 5 euros la BD. Donc c'est bien cela 5 euros la BD. Oui je vois que vous avez beaucoup de livres. Vous savez exactement tout ce que vous avez ? Et l'autre avec sa guitare miniature qui me parle comme à un mouflet. Ah mais il est très intelligemment fait ce manuel. Et un dictionnaire français-latin ? Parce-que je ne lis pas le latin, je le décrypte moi. Mais je le décrypte bien. Bon, je crois que je vais y aller.

mardi 2 mars 2021

La semaine idéale du Tenancier

Vous savez, les amis, se faire publier sous une couverture soviétique grâce au Novelliste, ça vous donne des idées de grandeur. Alors, zou, c’est décidé, le voici tout neuf et promu Grandécrivain.
On vous convie donc à une semaine idéale du Tenancier.



 
Première journée : Leçon inaugurale du Tenancier (croquis sur le vif) dans la cour du Collège de France.
 
 
Deuxième journée : Lecture des épreuves des Œuvres complètes du Tenancier en sa présence par un consortium international d’éditeurs.
 
 
Troisième journée : Petite pause du Tenancier consacrée à la lecture de la critique élogieuse des confrères. 
 
 
Quatrième journée : Déplacement du Tenancier en province pour une lecture publique de sa nouvelle Le Bassin, pour laquelle il garde une affection particulière.
 
 
Cinquième journée : Signature avec un représentant de Sony Picture Entertainment pour les droits d’adaptation de ses œuvres sur une durée de 5 ans.
 
 
Sixième journée : Direction d’un stage de plein air et de cohésion de groupe dispensé auprès de jeunes auteurs par le Tenancier.
 
 
Septième journée : Causerie intime en présence d’un public choisi à la Maison de la Poésie à Paris, à guichet fermé, bien sûr.
 


On notera une fois de plus la difficulté des artistes à fixer les traits du Tenancier. Il n’est pas ressemblant. À leur décharge, ils exécutent les portraits d’après une description orale. Or, chacun sait que le Tenancier est indicible…

lundi 1 mars 2021

La fièvre


On vous annonce avec plaisir la parution de La fièvre, nouvelle du Fleuve illustrée comme d'habitude (mais quel talent !) par Céline Brun-Picard dans le numéro 5 de la revue Le Novelliste.
On notera également que c'est la première fois que votre Tenancier est publié sous couverture soviétique.

dimanche 28 février 2021

Abréviations : Lettre B

bas.
bibl.
bibliogr.
blas.
br.
broc.
brad.







basane
bibliothèque

bibliographie
blason
broché
brochure
bradel

samedi 27 février 2021

Ne vous mêlez jamais des affaires des autres

 
Il voulait se noyer. Des nageurs, une horde
Le retira de l'eau ; bientôt il se pendit.
Moralité :
À tout r'pêché, misère et corde
Alphonse Allais

vendredi 26 février 2021

Travelling sur la banquise

Achevons notre promenade provisoire du côté de chez Penguin avec les différentes représentation du logo de la maison. Le défilé est connu, ce n'est pas une raison pour s'en priver ici :
 

jeudi 25 février 2021

Penguin Science Fiction

Puis nous évoquions au précédent billet, en compagnie de Jimi H., les éditions Penguin et leur production en matière de SF, on est tombé sur cette collection aux couvertures qui dépaysent de l’habituelle exhibition d'effets à l'aérographe et de maquettes peu inspirées. Accessoirement, l’on aimera se constituer un petit florilège d’artistes modernes dont l’iconographie nous semble familière même si nous ne pouvons tout identifier de façon formelle. Seule la signature, par deux fois, de Steinberg nous indique que ces couvertures ne sont pas des imitations. On s’amusera à retrouver la touche de Picasso et peut-être de Lichtenstein. Nos amis Britanniques peuvent donc lire de la SF dans le métro avec un surplus de classe. De plus, les titres sont excellents. 


Le site originel se trouve ici.

mercredi 24 février 2021

Blues in blue


L’amateur averti sait que Jimi Hendrix aimait également la SF. Des clichés en noir et blanc, provenant vraisemblablement de la même séance, indiquent que l’ouvrage sur son giron serait l’anthologie de Brian Aldiss : Penguin Science-Fiction Omnibus, un des trois volumes publiés entre 1961 et 1964 et réédités en un seul en 1973
Pour les ceusses qui comprennent l'anglais, allez voir .

mardi 23 février 2021

Une historiette de Béatrice

Et ça devise tranquillement, les enfants-ados comparent les différents tomes du journal d'Alexandra David-Neel, les parents cherchent des revues anciennes d'études basques pour offrir à des amis qui découvrent le coin (tu sais où est né Maurice Ravel ?), ils commentent à voix haute en épluchant les sommaires. Et le tout avec plein d'humour et de simplicité, tant et si bien que les autres clients participent, sourient. Oui, ça ressemble aussi à cela une bouquinerie. Pas tous les jours certes, certes.

lundi 22 février 2021

Abréviations : Lettre A

La généralisation de la vente des livres sur internet a provoqué un abandon progressif de certaines abréviations en usage dans les catalogues de librairie. La raison tient au souci de rendre les descriptifs compréhensibles à des personnes peu au fait des usages de la bibliophilie et aussi aux moindres restrictions d'espace que procure une page électronique, alors que le fascicule impose des contraintes de place. On remet ici quelques abréviations plus ou moins courantes que l'on retrouve parfois dans des catalogues et même chez certains libraires en ligne. Cette petite liste reste inachevée et, évidemment, si vous avez des suggestions, l'on se fera un plaisir de la compléter...

ab.
aj.
Amst.
anc.
ang.
ant.
aq., aquar.
atl.
auto., autogr.
av. let.
av. rem.











abimé
ajouté
Amsterdam
ancien
anglaise
antique
aquarelle
atlas
autographe
avant lettre
avant remarque

ps : Une liste analogue avait été publiée ici même en 2016. Il était temps de la rafraîchir.

samedi 20 février 2021

Le canal marsien (*)

Une nouvelle sonde vient d’atterrir sur la planète Mars. Le Tenancier salue l’exploit. Pour l’occasion, il se demande quel premier livre y débarquera un jour futur. Doit-on songer à une bête Odyssée martienne à la Weinbaum, à quelque connerie libertarienne telle qu’on la voit sévir fréquemment dans la SF ? Pour notre part, nous aimerions bien qu’Erik John Stark y fasse son nid, en réminiscence et en prescience de la sauvagerie latente des canaux marsiens. Et pis y’a des rousses avec des haches.
On lance un sondage ?
Après tout vous trouverez sans doute des choses plus intelligentes à lire aux premiers colons, en attendant qu’ils crèvent d'irradiation et d’anoxie.
 


(*) Marsien plutôt que Martien, en hommage à l’orthographe adoptée par Henry D. Davray pour sa traduction de La Guerre des Mondes.

mercredi 17 février 2021

Titillons Tittivillus

Puisque nous avions évoqué dans un billet récent les malfaisances de Tittivillus, démon de la coquille et de l’étourderie scripturaire, proposons ici un moyen de le décourager ou, à tout le moins, de le rendre inoffensif. Si, comme votre Tenancier, vous produisez en tapant autant de coquilles qu’un ostréiculteur, il existe un recours qui vous fera briller en société, gagner un pognon de dingue et vous procurera un mariage heureux si vous êtes célibataire. Simple : faites comme si de rien n’était lorsque vous rédigez votre texte, mais, au lieu de corriger immédiatement vos étourderies, mettez-les à part. Dressez-en une liste alphabétique, donnez-leur une définition ad hoc et vous vous retrouvez à la tête d’un lexique de vocables imaginaires à la consonance étrangement familière (à moins que le mot fautif soit méconnaissable parce que vous avez tapé votre texte complètement ivre…) Vous voici au bout d’un certain temps auteur d’un recueil qui vous vaudra un contrat d’éditeur insultant envers Lévy & Musso et un murmure approbateur que vous entendrez de votre place réservée dans les salons du Fouquet’s. Enfin, avantage non négligeable, vous échapperez au sort des scripteurs au moment du Jugement dernier.
Merci qui ?

mardi 16 février 2021

Une historiette de Béatrice

Quinze euros s'il vous plaît monsieur. Il s'exécute en ronchonnant c'est cher vous exagérez ; il pose un billet de cinq, une pièce, puis une autre, puis une autre, et ainsi de suite. Jusqu'au moment où il commence à s'agacer et se battre contre son porte-monnaie, tant et si bien que patatras. Tous ces gros billets au sol, dont certains inconnus de mon petit tiroir-caisse.

lundi 15 février 2021

Jouez donc plutôt aux courses

— J’ai toutes les originales d’Anatole France sur japon, me disait un jour un grand bibliophile.
… et il ajoutait avec une émotion non feinte, l’œil exorbité, la dextre levée et en enflant la voix :
— ET NON COUPÉES !
Car il y a deux sortes de bibliophiles : ceux qui achètent des beaux livres parce qu’ils les aiment, et ceux qui n’achètent des bouquins que pour les mettre en portefeuille ainsi que des valeurs en Bourse, et les vendre au plus haut.
Il serait plaisant de faire l’apologie des seconds qui, dans une œuvre de l’esprit n’apprécient que la qualité de la matière. Mais, sincèrement, je crois que ces gens-là sont dans l’erreur.
Je connais bon nombre de libraires spécialistes parfaitement avertis,, qui se sont lourdement trompés et ont bu, comme on dit vulgairement, de sérieux bouillons. Comment l’amateur qui possède beaucoup moins de recoupements, réussirait-il où le professionnel échoue ?
Je trouve absurde le quidam qui espère gagner des ors en faisant le commerce illicite du livre. C’est un fait que le livre de luxe fait figure de monnaie d’échange et troc pour beaucoup de gens. Telle personne jetterait à la porte le malotru qui proposerait de lui acheter le vaisselier de la salle à manger ou la bergère de son salon mais qui se montre grandement flatté que le même individu lui offre une somme importante pour tel volume de sa bibliothèque.
Il y a cependant cent autres manières de devenir millionnaire et avec beaucoup moins de risques : pourquoi tenter la spéculation hasardeuse sur les bouquins de luxe alors qu’on peut, par exemple, s’installer boucher détaillant ou marchand de cercueils avec une certitude de remise et de gain que ne vous donnera jamais le livre ?
Peut-être les spéculateurs du livre me diront-ils qu’ils ont le goût du risque ? Alors plutôt que d’acheter des livres pour les revendre, pourquoi ne jouent-ils pas tout bonnement aux courses ?
Les ignorants déclarent qu’on perd toujours aux courses, mais les imbéciles après avoir gagné une ou deux fois se persuadent qu’ils vont gagner perpétuellement : ils remettent leur chance en jeu une fois de trop et, bien entendu, reperdent ce qu’ils avaient gagné, et même un peu plus.
Il est cependant des gens qui ont gagné aux courses, et qui, leur gain réalisé, se sont retirés du turf et n’ont jamais remis les pieds sur une pelouse. Moi, par exemple.
J’aurais même l’extrême gentillesse, puisque l’occasion s’en présente, de vous indiquer comment j’ai gagné aux courses.
Peut-être personne avant moi n’y avait-il pensé : l’idée m’est venue tout simplement de lire tous les jours, pendant une semaine les pronostics des courses et de lire également les lendemains les résultats. Cette lecture m’a éclairé : je me suis aperçu que neuf sur dix des chevaux recommandés par les journaux n’étaient pas ceux qui arrivaient au poteau.
Quelques minutes de réflexion m’ont alors permis de comprendre que si les chevaux, dits favoris, n’arrivaient presque jamais, c’était que personne — sauf les idiots qui les jouent — n’avait intérêt à ce qu’ils arrivassent ; à savoir : ni les journalistes sportifs qui ne seraient tout de même pas assez gourdes lorsqu’ils ont un bon tuyau pour le communiquer bénévolement à des milliers sinon des millions de lecteurs à seule fin de faire tomber la cote ; ni les book qui préfèrent évidemment payer une fois par hasard un fou les 400 pour dix d’un tocquard plutôt que 4000 fois les dix franc de prime d’un favori ; ni les propriétaires, les entraîneurs et les jockeys des favoris qui ont assez de modestie et de jugement pour jouer à coup sûr leurs rivaux.
D’où je conclus que la seule façon de jouer aux courses était de prendre uniquement les chevaux absolument contre indiqués.
Ayant raisonné de la sorte, je m’amusai à lire le matin des grandes épreuves, tous les journaux donnant les pronostics et à jouer gagnant les deux ou trois chevaux qui non seulement ne figuraient jamais dans les « Études » et les « Pronostics », mais n’étaient point cités ; ou même, dont la présence dans ces grandes épreuves était accueillie par les spécialistes comme une sorte de défi au bon sens, sinon à la plus élémentaire pudeur. Je prévoyais Lindbergh…
Je jouai ainsi pendant un mois sans transiger sur mes principes, et mes gains me permirent par la suite de figurer assez honorablement dans la Grande Vie Parisienne.
Quittons les chevaux et revenons vivement à nos moutons. S’il me paraît démontré qu’il est normal de gagner aux courses, rien ne me paraît moins probable que de pouvoir réaliser d’importants bénéfices en achetant au prix fort des livres et en les revendant.
Peut-être n’y a-t-il là qu’un quiproquo. Dans un temps où les Français n’avaient plus aucune confiance en eux-mêmes, les économistes distingués conseillèrent au menu peuple d’acquérir n’importe quelle marchandise et d’aucuns eurent l’idée d’acheter des livres, alors que d’autres accumulaient des complets-vestons ou des mobiliers art-moderne. L’année suivante, nul de ces Français moyens (qui n’auraient eu qu’à garder des billets de Banque pour doubler leur capital contrairement aux conseils des crétins d’économistes) ne pensèrent à revendre avec bénéfice leurs complets-vestons ni leur mobilier art-moderne, tandis que les acheteurs de livres voulurent se persuader que leurs bouquins — achetés d’ailleurs sans aucun discernement — avaient pris, par suite de stabilisation monétaire, une valeur considérable.
… Tant pis si les réalités ne correspondirent pas à leurs désirs et si bon nombre de spéculateurs « à la noix » se trouvèrent ruinés.
Disons-le en toute sincérité : le plaisir du bibliophile consiste non pas à vendre mais à acheter. Acheter quand on a « de quoi » et encore plus quand il faut se priver du nécessaire pour s’accorder du superflu, voilà où réside le vrai bonheur.
L’agrément du bibliophile authentique, c’est de désirer un livre rarissime, de le rechercher, de fouiner, de dépouiller des catalogues, et, le jour ou l’oiseau rare est enfin annoncé à l’horizon, de se précipiter dès potron-minet chez le marchand, le cœur battant, avec la crainte qu’un autre amateur se soit levé plus matin et ne l’ait enlevé ; de le trouver — Dieu merci ! — sur son rayon, de le prendre en main, de l’examiner, de l’échanger contre une poignée de petits billets crasseux, de rentrer chez lui en le tenant sur son cœur, et, seul avec lui, de le palper, de l’ausculter, de lui dénicher un place d’honneur dans la bibliothèque déjà comble et d’essuyer un reproche amer de la cher épouse qui eût préféré un renard argenté…
Jean Galtier-Boissière : Jouez donc plutôt aux courses,
préface à Conseil aux bibliophiles, par Yvonne Périer (1930)

mercredi 10 février 2021

Une activité peccamineuse du Tenancier

Pour le moment, et c’est le moins qu’on puisse dire, votre Tenancier ne rencontre pas un succès ébouriffant avec ses livres. Certes, ses rares lecteurs semblent les avoir appréciés et les notes les plus défavorables qui sont passées sous ses yeux sont loin de se montrer déshonorantes. Voici donc, par la force des choses, c'est-à-dire de sa bibliographie, votre Tenancier propulsé au titre d’auteur. Par ailleurs, son abandon du métier de libraire le conduit à fréquenter ses ex-confrères afin de se procurer des ouvrages qu’il lira éventuellement dans une dizaine d’années. Il se trouve que le libraire du coin a entrepris de créer un rayon modeste (mais passionnant, pensez donc !) consacré aux écrivains locaux et où nous figurons avec nos trois ouvrages. Outre le fait que nous ayons passé la barrière entre le professionnel et le client, nous voici également institué auteur, confronté à ses bouquins dans un rayonnage. Combien de fois nous sommes nous irrités de ces sales types qui se permettaient d'effectuer la mise en place de leur production lorsqu’ils commettaient une intrusion sur notre lieu de travail ! Comme nous ne possédons pas une mémoire de poisson rouge, on se garde bien de faire de même lorsque l’on croise le fameux rayon. Ce serait impoli et malgracieux. On regarde du coin de l’œil, l’air de ne pas y toucher. Un jeton et hop : on fait son modeste, comme si on n’avait pas remarqué. N’empêche, il reste quelque part, dans un coin de notre cervelle, un gnome grimaçant qui se moque des petits orgueils d’auteur, comme d’une activité peccamineuse au secret d’une quelconque alcôve. Il suffirait que le surmoi ait une baisse de régime. Mais, bien sûr, votre Tenancier se situe bien au-dessus de ce désordre…

jeudi 4 février 2021

Une historiette de Béatrice

Allô bonjour, je suis passée ce matin c'était fermé, je suis passée hier soir c'était fermé, alors vous comprenez je n'ai pas que ça à faire moi alors je vais vous demander par téléphone puisque vous n'êtes jamais là : je cherche La passe dangereuse, de S. Maugham à 2 euros.

mardi 2 février 2021

Le Tenancier au Jugement dernier

Vous connaissez le Tenancier : toujours à se dissiper dans des bouquins à la recherche de petites choses sans rapport avec les infimes bonheurs du quotidien, comme la sieste, par exemple. Le voici donc à fourrer son nez dans le petit bouquin que Le Goff publia jadis : Les intellectuels au Moyen Âge (1960). Il y rencontre au détour d’un paragraphe un personnage qu’il avait perdu de vue, mais qu’il fréquente pourtant presque quotidiennement. Il est vrai que celui-ci opère à notre insu !
Les moines qui les écrivent [les livres] laborieusement dans scriptoria des monastères ne s’intéressent que très secondairement à leur contenu — l’essentiel pour eux est l’application mise, le temps consommé, les fatigues subies à les écrire. C’est l’œuvre de pénitence qui leur vaudra le ciel. D’ailleurs, suivant ce goût pour l’évaluation tarifée des mérites et des peines que l’Église du Haut Moyen Âge a emprunté aux législations barbares, ils mesurent au nombre de pages, des lignes, des lettres, les années de purgatoire rachetées ou, à l’inverse, se lamentent de l’inattention qui leur a fait, en sautant telle lettre, accroître leur séjour en purgatoire. Ils légueront à leurs successeurs le nom de ce diable spécialisé à les taquiner, le démon Tittivillus des copistes, que retrouvera Anatole France.
Ajoutons que ce diablotin, à l’égal des gremlins de la Seconde Guerre mondiale, s’ingénie à troubler la belle ordonnance de nos mécaniques morales. Souvenons-nous qu’il induisit au péché les lecteurs de la Bible imprimée en 1631, surtout les adeptes du 7e article du décalogue en certifiant : « Tu commettras l’adultère » ! Cela valu à cette infortunée publication le surnom de Bible perverse. On peut le concevoir dans l’Angleterre du xviie siècle.
Tittivillus, dit-on, fait un sac de ces lettres et mots omis et les restituera au Jugement dernier. Cela pèsera, paraît-il, dans la balance de nos fautes. Le Tenancier, si on peut lui permettre cette expression a déjà les miches qui lui chauffent. On vous reparlera dans quelque temps de la maline incarnation de la coquille et de l’étourderie. Nous aurons des prétextes.