vendredi 5 août 2016

Une contrepèterie de George

Non seulement il en fait dans les commentaires, mais il en destine pour les billets de notre blogue. La voici donc :

Rien de tel pour les grands verruqueux que la Côte d'Azur.

Ne demandez la clef pas au Tenancier, il patauge. On compte donc sur George pour nous confirmer ce que vous avez pu trouver.

9 commentaires:

  1. Rien de tel pour les grands culs véreux qu'une cure d'azote.

    ArD

    RépondreSupprimer
  2. Bravo.
    Nous n'avions trouvé que la cure d'azote et en étions à chercher une formule à base de verrat(s).
    (Ce George, tout de même, quel dégueulasse.)

    RépondreSupprimer
  3. Ah ça on est bien d'accord, Monsieur Pop !

    RépondreSupprimer
  4. Fichtre, ArD, vous me surpassez bigrement, car l'ingénu que je suis n'avait nullement songé à un contrepet sur "verruqueux" !

    RépondreSupprimer
  5. Ah oui, parfois, je me surprends moi-même, d'autant qu'il ne m'a pas fallu 15 secondes pour déchiffrer cette contrepèterie.

    ArD

    RépondreSupprimer
  6. Un bon coup de côte ravit l'émeu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en tremble d'émotion...

      Je l'ai comprise, celle-là !!!

      Va bien falloir huit jours pour que je m'en remette...
      Merci à vous, cher Gil, j'ai l'impression grâce à vous d'atteindre le nirvana, je comprends enfin une contrepèterie...

      Otto Naumme

      Supprimer
  7. Mais la logique de la réalité physique commanderait plutôt le pluriel :
    De bons coups de côtes ravissent l'émeu

    RépondreSupprimer
  8. Vous ratiocinez, George, on vous a connu nettement plus approximatifs dans vos contrepets. Veuillez (et veillez à) ne pas en rajouter sur vos petits camarades.
    Et puis, bienvenue à Gil.

    RépondreSupprimer