dimanche 1 janvier 2017

Bonne année


Le Tenancier et les lecteurs du blog recevant les bonnes résolutions de l'année nouvelle apportées par Otto, qui a dû crever cinq chevaux sous lui pour être à l'heure.
(Allégorie croquée sur le vif par M. Jean-Léon Gérôme qui ira loin, ce p'tit gars...)

13 commentaires:

  1. Y a pas à dire, vous portez les plumes comme personne, Mister T.
    Nos vœux de saison sont donc assortis de compliments enthousiastes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur Pop, c'est que l'élégance nous sied. Voici une plume et elle nous pare, voici une soupçon d'impatience, elle nous donne de l'esprit, voici l'heure, et c'est une année qui nous change...

      Supprimer
  2. Quelle prestance, cher Tenancier !
    L'on comprend que d'aucuns s'inclinent devant vous, quitte à se faire un tour de rein !

    Bonne année à tous ici, en tout cas.

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
  3. Il est doué le petit Jean-Léon : on reconnaît tout de suite le palais Vermot !

    ArD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce qui concerne le vérisme, nous n'hésitons jamais à recourir à nos relations, ma chère ArD...

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Merci Judith, je vous vous retourne ce souhait !

      Supprimer
  5. C'est gentil comme tout chez le Tenancier.
    Mais vu ce qu'on imagine de la note de chauffage on se contentera de lui souhaiter une année fertile à tous niveaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh vous savez, Jules, avec le compteur bleu et un bon thermostat ça va tout de suite mieux.
      Le Tenancier vous remercie.

      Supprimer
  6. Vous omettez de parler de vos "Thermodactyls Damart", cher Tenancier, et l'on vous comprend sans suée.
    Mais je suis fort marri de voir qu'ici notre bon Otto n'arbore pas son célèbre chapeau vert mais un galurin rouge…

    Bonne année à tous, en tous cas, même si l'ascension jusqu'à la suivante sera sans doute pénible !

    RépondreSupprimer
  7. On apprécie l'étroit, mou, scooter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. George, heureux d'avoir de vos nouvelles, même si elles sont ténues...

      Supprimer