mardi 24 janvier 2017

Une charade multiple

Allez, le Tenancier sait que cela vous manque alors il vous soumet cette fois-ci une charade multiple qui ne provient pas comme d’habitude de sa vieille collection du Mercure. Il s’agit ici de trouver trois solutions. Les deux premières sont relativement aisées. La troisième est absolument capilotractée. Cela nous plaît.
 
Mon premier sert aux jeux de l’amour,
Mon second sert à d’autres jeux,
Mon tout fut un grand général.
 
On attend vos propositions dans les commentaires...

50 commentaires:

  1. Réponses
    1. Mon cher Sherlock, ce n'est pas cela...
      :-)

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Eh bien Gil, ça ne fait pas partie des solutions qui sont devant moi, mais honnêtement on peut la rajouter !!!

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Pas assez capillotracté ? Pourtant, le talent d'Annie pour les jeux de l'amour n'est plus à démontrer !

      Supprimer
    2. On ne me l'a pas présentée, c'est pour ça...

      Supprimer
    3. Gainsbourg s'en est chargé ! ;)

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Oui !
      Il en reste deux à trouver...
      Compliments.

      Supprimer
  5. Réponses
    1. ???
      Bourdériat. Alors là chère Cousine, ça m'en bouche un coin. Je ne connaissais pas du tout ce cher Frédéric-Edmond Bourdériat, général de division pendant la guerre de 14 ! Mais de là à estimer qu'il était un grand général, on évitera de s'aventurer là-dessus, si vous voulez bien. Quand à la décomposition de la charade... euh. Bien, non ce n'est pas ça de toute façon. Allez, je suis un gentil garçon (si si, Sissi, même !)Les solutions sont encore en droite ligne des devinettes d'Ancien Régime précédentes, même si ce n'est pas la même source apparemment (je ne sais pas exactement d'où c'est tiré à l'origine...)

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Pas mal non plus — quelle culture ! — mais non.

      Supprimer
  7. À quelle époque chercher les autres généraux ?

    RépondreSupprimer
  8. Estimé Tenancier, l'individu manquent était-il précisément général de son vrai grade ou est-ce une clause de style ? Auquel cas ça change bien des choses.

    RépondreSupprimer
  9. Peut-on envisager que le Tenancier ait omis la majuscule à Grand ?

    RépondreSupprimer
  10. Cher Jules, ce n'est pas une clause de style, mais ce n'est pas exactement son grade non plus. C'est un compatriote du Tenancier (on en dit beaucoup avec ceci).
    Cher Gil, le Tenancier n'a rien omis et ce n'est point Lancelot.
    Je vous rappelle qu'il y en a un troisième à trouver, mais là... là, ça va être très difficile.

    RépondreSupprimer
  11. Non, ce n'est pas cela...
    Le Tenancier fait campo pour aujourd'hui. Il a attrapé un petit refRoidissement.

    RépondreSupprimer
  12. Vin chaud, en forçant sur la cannelle !

    RépondreSupprimer
  13. Le maréchal Ney, deux fois ?

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
  14. Bourbon-Condé ? (Louis II de Bourbon-Condé ou "Grand-Condé")

    RépondreSupprimer
  15. Custer.
    1- queue ;
    2- stère (voir proverbe franc-comtois du XVIème siècle : "Pour fabriquer bons jeux de Go, stère de bois n'est point de trop".
    C'était facile cher Tenancier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas très Ancien Régime, cette solution.

      Supprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  17. La troisième solution ne l'est pas moins : il s'agit de Bonaparte (prononcer en corse BonapartÉ).

    1- bonne (la nomination récente du président des Césars nous prouve que nous en sommes encore à cette conception de l'amour : courir après la bonne, consentante ou pas ; chez les dominants tout du moins) ;

    2- aparté (Un aparté est une réplique de théâtre prononcée par un personnage sur scène... [Wikipedia] ; nous sommes bien là dans les différents jeux des acteurs).

    Désolé d'avoir supprimé le message précédent, mais je suis dangereusement maniaque, je ne supporte pas d'oublier de fermer une parenthèse.

    RépondreSupprimer
  18. Robert le Diable (Le Diable est la quinzième carte du tarot de Marseille).

    RépondreSupprimer
  19. Merde. J'y avais pensé mais je ne voyais que faire de la stère.
    Mais je doute, je ne vois pas où est le côté "compatriote".
    Par ailleurs, monsieur le Tenancier pense bien que j'ignore d'où il est originaire.
    À moins qu'il ne s'agisse d'un général du ouèbe.

    RépondreSupprimer
  20. Je vous qu'on se déchaîne, par ici. Tant mieux, vous me réjouissez !
    Vous n'avez toujours pas trouvé.
    Une indication supplémentaire : la deuxième solution n'a jamais été général mais fut américain et plus tard métropolitain.
    Pour la troisième, seul Otto est capable de trouver tellement elle vermotise (et pourtant il y en a des fortiches, parfois,dans les commentaires de ce blog) !

    RépondreSupprimer
  21. Bravo, c'est cela, Gil. Deux sur trois, pas mal du tout, sachant qu'une proposition supplémentaire s'avérait tout à fait valide.
    Maintenant, la troisième...
    Et là, je suis bien tranquille.

    RépondreSupprimer
  22. Bon, on va déjà régler la deuxième : Robert Lee.

    1- robert : je n'apprendrai à personne ce que l'amour peut nous faire tendrement subir à un robert ;

    2- lit : au lit je joue aux mots croisés, ma compagne joue au sudoku, et mon fils, au milieu, aux points reliés.

    Et hop ! Otto, à vous pour le tiercé gagnant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups ! pardon, je n'avais pas vu que Gil avait déjà trouvé la deuxième ! Félicitations ! Et désolé Otto de vous avoir par le fait coiffé sur le poteau.

      Supprimer
  23. Abandonnez, messieurs, tout espoir. Seul le recours à George ou à Otto pourrait nous sortir de l'a-peu-près dans lequel cette troisième réponse nous plonge.
    C'est consternant, et cela nous ferait presque pleurer de honte.
    Toutefois, nous assumons puisque nous sommes dans l'impossibilité de retirer ce billet, étant donné sa fréquentation.
    Tant pis pour le Tenancier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après tous vos indices, volontaires ou non, cher Tenancier, ce ne peut être que Bernadotte. Mais je n'ose expliquer pourquoi, j'en ai quelque part un peu honte...
      (cela étant, je sais que ce n'est pas lui, puisqu'il n'est pas américain - et donc cela doit être Washington, mais j'avoue ne pas comprendre pourquoi...)

      Otto Naumme

      Supprimer
    2. TUDIEU ! Otto vous n'avez de cesse de me stupéfier !
      Voici ma charade précipitamment foutue en l'air par votre instinct.
      C'est bien Washington, prononcé à la française, ce qui donne :
      Vagin j'ton.
      J'en suis bleu, croyez-moi !

      Supprimer
    3. Qui a pu oser un calembour de ce calibre ?

      Supprimer
    4. Effectivement, ce cher Gil a raison : qui a trouvé un calembour pareil ?

      Pour ma part, j'ai vraiment donné Washington un peu au hasard. Mais vous m'avez bien aidé en précisant qu'il s'agissait d'un américain puis d'un métropolitain (et donc la ville à son nom...). Parce que "vagin j'ton", franchement !

      Et puis bon, il fallait bien que je sois fidèle à ma réputation, hein ! ;)

      Otto Naumme

      Supprimer
    5. C'est surtout que ces indications concernaient la deuxième solution et non celle-ci que je pensais introuvable par ailleurs. Cela méritait bien mon qualificatif de "capillotracté", non ?
      Pour la source, j'ai trouvé cette calembredaine dans l'un de ces petits bouquins qu'on publiait dans les années 70/80 qui exposait par rubriques quelques anecdotes, trucs et astuces. J'avais d'ailleurs fait allusion déjà à l'un de ces ouvrages avec Les miscellanées de M. Schott dans un billet passé...

      Supprimer
  24. Le général Tapioca, c'est évident !

    ArD

    RépondreSupprimer
  25. Face à un tel calembour, on ne sait s'il faut pleurer ou faire un triomphe à Otto pour avoir déniché une solution. "Pinochet" était très joli aussi. Chapeau bas.

    RépondreSupprimer
  26. On pourrait reformuler par "Mon second a la trouille".
    Otto est infaillible, vive Otto !

    ArD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère ArD, cher Jules, vous allez me faire rougir.
      Et, notre cher Tenancier vous le confirmera, ce n'est pas la couleur qui me va le mieux au teint. Sauf s'il s'agit d'un maquillage : en ce cas, c'est un teint teint.

      Otto Naumme

      Supprimer
  27. Oh, effectivement, je vois que les indices étaient pour la deuxième et non la troisième solution !
    Finalement, ma distraction m'a servi ! Et j'aurais été bien incapable de penser à cette station de métro, même en l'ayant fréquentée en son temps...

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer