samedi 20 juin 2020

Le lendemain...


Un jour un' petit' châtelaine, enl'vée par des romanichels,
Fut mis' dans un' chambre malsaine,
Tout en haut d' la rue St-Michel ;
La p'tit' au caractèr' rieur, prit joyeusement son malheur :
 
Le lendemain, elle était souriante, à sa fenêtre fleurie, chaque soir,
Elle arrosait ses petit's fleurs grimpantes,
Avec de l'eau de son arrosesoir.
 
Les brigands furieux d'la voir rire lui attachèrent, les mains, les pieds,
Puis par ses cheveux la pendirent au plafond en face du plancher
Puis la laissant là, les voyous allèrent chez l'bistrot boire un coup
 
Le lendemain, elle était souriante, à sa fenêtre fleurie, chaque soir,
Elle arrosait ses petit's fleurs grimpantes,
Avec de l'eau de son arrosesoir.
 
Les bandits jaloux d'son courage un soir à l'heure de l'angélus
La jetèr'nt du sixième étage son corps tomba d'vant l'autobus
L'autobus qui n'attendait qu'ça sur la belle aussitôt passa.
 
Le lendemain, elle était souriante, à sa fenêtre fleurie, chaque soir,
Elle arrosait ses petit's fleurs grimpantes,
Avec de l'eau de son arrosesoir.
 
Mais les assassins s'acharnèrent
Sur elle à coups d'pieds, à coups d'poings
De mill' coups d'poignards la lardèrent
Pour lui faire passer l'goût du pain
Et pour en finir les ch'napans ils la noyèrent dans l'Océan.
 
Le lendemain, elle était souriante, à sa fenêtre fleurie, chaque soir,
Elle arrosait ses petit's fleurs grimpantes,
Avec de l'eau de son arrosesoir.
 
Au moment où la pauvre fille allait remonter sur les flots
Un sous-marin avec sa quille coupa son corps en deux morceaux.
Puis une torpill' qui éclata fit voler le reste en éclats.
 
Le lendemain, elle était souriante, à sa fenêtre fleurie, chaque soir,
Elle arrosait ses petit's fleurs grimpantes,
Avec de l'eau de son arrosesoir.
 
La tempête, le vent et l'orage soulv'nt les vagues de l'océan
La petit' lutt' avec courage bravant le terribl' ouragan,
Mais le tonnerr' à ce moment tomb' et foudroie la pauvr' enfant.
 
Le lendemain, elle était souriante, à sa fenêtre fleurie, chaque soir,
Elle arrosait ses petit's fleurs grimpantes,
Avec de l'eau de son arrosesoir.
 
Elle disparut dans l'eau profonde
Une baleine lui bouffa les mains
Sa jolie chevelure blonde
Fut arrachée par les requins
Un p'tit' maqu'reau qui s'balladait
Lui barbotta son port' monnaie
 
Le lendemain, elle était souriante, à sa fenêtre fleurie, chaque soir,
Elle arrosait ses petit's fleurs grimpantes,
Avec de l'eau de son arrosesoir.
 
Vous croyez p't'être qu'elle en est morte
Et cependant il n'en est rien
Après cett' secousse un peu forte
La p'tite ne se sentait pas bien
Elle prit pour se remettr' d'aplomb
Un p'tit cachet d'pyramidon
 
Le lendemain, elle était souriante, à sa fenêtre fleurie, chaque soir,
Elle arrosait ses petit's fleurs grimpantes,
Avec de l'eau de son arrosesoir.

(Elle était souriante (1908) — Paroles d’Edmond Bouchaud, dit Dufleuve)
Sur la chanson et les conditions de sa création, voir ici.

2 commentaires:

  1. Entre génie et stupidité la plus crasse. Pour l'enregistrement, on suppose que les moyens de gravure de l'époque ne dépassaient pas les trois minutes. Du coup, l'intégrale devait être chantée en concert.

    RépondreSupprimer
  2. Mon cher Jules, plus c'est con, plus ça m'enchante...
    Puis-je vous recommander la version chantée par Hélène Delavault ? Je n'ai pas pris le temps de la réécouter afin de savoir si elle chante la version complète. j'examine ça demain.

    RépondreSupprimer