mardi 2 mars 2021

La semaine idéale du Tenancier

Vous savez, les amis, se faire publier sous une couverture soviétique grâce au Novelliste, ça vous donne des idées de grandeur. Alors, zou, c’est décidé, le voici tout neuf et promu Grandécrivain.
On vous convie donc à une semaine idéale du Tenancier.



 
Première journée : Leçon inaugurale du Tenancier (croquis sur le vif) dans la cour du Collège de France.
 
 
Deuxième journée : Lecture des épreuves des Œuvres complètes du Tenancier en sa présence par un consortium international d’éditeurs.
 
 
Troisième journée : Petite pause du Tenancier consacrée à la lecture de la critique élogieuse des confrères. 
 
 
Quatrième journée : Déplacement du Tenancier en province pour une lecture publique de sa nouvelle Le Bassin, pour laquelle il garde une affection particulière.
 
 
Cinquième journée : Signature avec un représentant de Sony Picture Entertainment pour les droits d’adaptation de ses œuvres sur une durée de 5 ans.
 
 
Sixième journée : Direction d’un stage de plein air et de cohésion de groupe dispensé auprès de jeunes auteurs par le Tenancier.
 
 
Septième journée : Causerie intime en présence d’un public choisi à la Maison de la Poésie à Paris, à guichet fermé, bien sûr.
 


On notera une fois de plus la difficulté des artistes à fixer les traits du Tenancier. Il n’est pas ressemblant. À leur décharge, ils exécutent les portraits d’après une description orale. Or, chacun sait que le Tenancier est indicible…

7 commentaires:

  1. Au camarade Tenancier, Elbrouz de la pensée et Volga de l'expression écrite
    Camarade
    Nous ne saurions trop attirer ton attention au sujet de la clique de déviationnistes anarcho- petit-bourgeois bien connus de nos services que l'on distingue dans l'image 4 et 6.
    Camarade, comme le dit le proverbe, il n'y a pas loin du Bolchoï à Magadan et nous nous permettons de te mettre en garde au sujet de ces larbins de l'impérialisme des lettres te poussant à un culte de la personnalité révisionniste.
    Nous n'aimerions en aucun cas assister aux désolants tableaux "Les crimes Prousto-Houelbecquiens du Tenancier dénoncés au XXème congrès de l'union des écrivains" ou "Le Tenancier participant au creusement du canal Rhin /Garonne".
    Nous t'en conjurons, camarade, retourne à la ligne !

    Un kolkhoze qui te veut du bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mmmh...
      Le Tenancier se défie des injonctions plekhanovistes.

      Supprimer
    2. En fait, cher Jules, je crois que ce cher Tenancier vous répond ainsi : "Kolkhoze toujours, tu m'intéresses !"

      Supprimer
  2. Plekhanov ? Ce social-chauvin !
    Z'êtes sur une drôle d'ironie, camarade.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Social-chauvin, comme Gian-Maria,en somme :
      https://zetenancierisbaque.blogspot.com/2014/07/tu-nas-qua-te-comporter-comme-un.html

      Supprimer
  3. Bon, j'arrête mes conneries pour me souvenir que quelques camarades (des vrais) italiens doivent une fière chandelle à Gian Maria et surtout à son bateau pour quitter un pays qui les pourchassait.

    RépondreSupprimer
  4. En tout cas, Jules, vous m'avez fait bien rire !

    RépondreSupprimer