jeudi 29 juin 2017

Panne d'inspiration

Le Tenancier tentait de trouver une rime (voir l'illustration due à notre fidèle Jehan-Georges Vibert) et, soudain, se demande si, puisqu'il a toujours été mauvais à trousser des poèmes, l'aimable lecteur ne pourrait pas suppléer à cette lacune en faisant quelques bouts rimés en commentaire, à partir de « Élixir parégorique ».
Ainsi, le Tenancier, superbe, généreux — cependant modeste —, accommode jeu, allégorie, fainéantise et vertu, en stimulant les talents.
Quel homme que ce Tenancier.

8 commentaires:

  1. Or donc, dans ses jeunes années,
    Tracassé par une inflammation du périnée
    Le Tenancier fort pragmatique
    S'infusa de l'élixir parégorique.
    Alors revigoré, plutôt que des poèmes,
    Bien qu'il arrive qu'il les aime,
    Ce sont les soubrettes qu'il alla trousser.
    Et d'y ramasser ce qui lui pendait au nez.
    Après avoir causé fleurette à six Phyllis,
    La rime donnera le mal dont il souffrit.

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Compliment Otto, mais de là à dire que cela me pendait au nez... sûrement que la maladie, à ce stade, avait déjà emporté cet appendice.

      Supprimer
  2. Bon, ben puisque le Tenancier est joueur, on s'excuse par avance.

    Un expert conseilla une bonne dose d’élixir parégorique
    pour soulager certains abus dus à l’énergie atomique ?
    Et bien, pour le soulagement, ce fut peau de bique
    car face à la radioactivité, de remèdes, bernique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En la matière, soyons catégoriques :
      Buvons de cet élixir parégorique,
      Trinquons, d'un air chagrin ou bien hystérique,
      Aux électrons, ou à l'ère atomique...

      Supprimer
  3. Élixir parégorique?!
    Zarma d'samere
    Moi je te la nique
    Vas te répendre Chez les flics
    La potion est amère
    Le remède atavique

    Jul

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien eh bien... en voilà du relâchement !...

      Supprimer
  4. Les petits enfants pléthoriques
    Ayant lassé le cardinal,
    Il couva du bedeau la trique
    Et lui passa l'anneau anal.
    Las ! le jeu lui donna colique,
    Et le condamna, honteux, à l'
    Elixir, Dieu ! parégorique.

    RépondreSupprimer