mercredi 10 juillet 2019

Les lieux littéraires I

L’on ne saurait rien refuser à notre ami George, qui s’ennuie au fond de son été, renouons alors avec les jeux. Puisque les humeurs sont à la transhumance, nous allons vous proposer de temps à autre de retrouver un lieu littéraire d’après une description. Comme nous ne lisons pas tout, nous avons recouru à certains ouvrages que l’on ne vous citera qu’à la fin de ces devinettes qui finiront avec les beaux jours.
Attention, ce ne sera pas tout le temps facile…
 
Premier lieu :

Au sud de l’Angleterre. Capitale du royaume de Logres gouverné par le roi Arthur. Cet endroit est dominé par un gigantesque château bâti au sommet d’une colline, qui domine la rivière. Les murs de la salle sont décorés de sculptures et de symboles mystiques, séparés en quatre groupes : des bêtes dévorant des hommes, des hommes tuant des bêtes, des chevaliers parfaits et des anges. Les douze vitraux des fenêtres illustrent les victoires d’Arthur Le vitrail, situé à l’extrémité est de la salle, montre Arthur recevant sa fidèle épée, Excalibur, à Avalon.
 
Naturellement, l’on vous demande où nous nous trouvons et qui en est l’auteur…

11 commentaires:

  1. Allez, un peu au petit bonheur, "Un yankee à la cour du roi Arthur" de Mark Twain ?

    RépondreSupprimer
  2. ... seulement, c'est plus le lieu que l'auteur que l'on demande. Ce dernier est multiple et, effectivement, Twain, pourrait en faire parti (mais je ne sais plus s'il cite le lieu, ce qui est fort probable).

    RépondreSupprimer
  3. Ah pardon.
    On serait donc à Tintagel ?

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Bien sûr, il s'agissait de Camelot (quel que soit l'orthographe) !
      On se retrouve pour un autre opus dans quelques jours...
      Bravo.

      Supprimer
  5. Ah zut, j'ai raté ce premier épisode des jeux de l'été, mince alors !

    Je répondrais sans sourciller ni fard (♫♪ away from L. A. ♪♬, comme le chantait si bien Nicolas Peyrac), qu'il s'agit du royaume de Logres, dans la série Kaamelott, du plus qu'intéressant Alexandre Astier (qui n'est pas qu'un simple rigolo, loin s'en faut).

    J'ai bon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas faux !
      (Et nous sommes d'accord sur le talent d'Astier. D'ailleurs, ça commence à bien faire que nous soyons d'accord...)

      Supprimer
  6. Et à défaut de se retrouver dans l'autobus, ravi à l'idée de nous retrouver bientôt dans un autre opus !

    RépondreSupprimer