mardi 26 mai 2020

La presse est morte !

Ami lecteur, si tu parcours ces lignes, c’est que tu as été accroché par ce titre délibérément racoleur. Et, en outre, auquel l’auteur de ces lignes ne souscrit pas. Ne pars pas de suite, je vais t’expliquer.
Aujourd’hui, la presse va mal, très mal. Outre le déclin qu’elle connaît depuis déjà plusieurs décennies, les circonstances actuelles ne sont guère à son avantage : crise du coronavirus « aidant », les quotidiens et périodiques ont du mal à remplir leurs pages (imaginez la presse sportive, notamment…), les éventuels lecteurs rechignent à aller se frotter aux autres chez les marchands de journaux, les possibles annonceurs commencent à regarder de près leurs dépenses publicitaires. En sus, comme si cela ne suffisait pas pour mettre en péril tout le secteur, le principal distributeur de presse français, Presstalis, est au bord du gouffre. Le tribunal de commerce a déjà prononcé la liquidation judiciaire de ses filiales régionales et l’entité elle-même (qui a succédé aux NMPP, Nouvelles Messageries de Presse Parisienne) est au plus mal. D’autant que, dans un concentré de ce que l’humanité sait faire de « mieux », tous les acteurs du marché (Presstalis est un organisme paritaire, détenu et géré en grande partie par les éditeurs de presse, une autre partie étant administrée par la CGT) s’entre-déchirent : éditeurs de quotidiens et éditeurs de magazines se combattent les uns contre les autres pour tenter de conserver les meilleures « miettes » du gâteau alors que la CGT a entamé depuis plusieurs semaines déjà une grève qui bloque la diffusion de la plupart des titres (hors PQR, presse quotidienne régionale) dans bon nombre de régions du pays. Bref, plutôt que de s’unifier pour tenter de répondre de façon unie à la crise, chacun tire ce qu’il reste de la couverture à soi, sur l’air du « mieux vaut mourir seul que vivre avec les autres ». Humain, disais-je…
Partant de là, et en revenant sur la baisse continue de la diffusion et des recettes publicitaires qui plombe le secteur depuis des années, comment ne pas penser que, oui, « la presse est morte » ? Certes, si tous les acteurs concernés continuent dans la voie où ils se sont engagés, ils arriveront bien, effectivement, à « tuer » la presse. Mais cela n’a rien d’inéluctable.
Sans se prendre pour un « expert », ce qu’il n’est pas, l’auteur de ces lignes travaille depuis déjà plus de 35 ans dans la presse « papier », un univers qu’il aime mais qu’il voit se dégrader au fil du temps, à son grand regret. Regret, parce qu’il considère que la presse pourrait aller mieux, pour peu que l’on ait la volonté et l’imagination de la faire vivre.
D’aucuns se retranchent derrière le classique « Internet a tué la presse » pour classer l’affaire. L’auteur de ces lignes ne souscrit pas à cette affirmation. Certes, Internet a cette capacité à relayer une information quasi-instantanément qu’aucun journal, même quotidien, ne peut avoir. Et draine de ce fait une bonne part des recettes publicitaires.
L’auteur de ces lignes a vécu de près la mutation de la presse lorsqu’Internet a commencé à émerger. Dans de nombreux groupes de presse, il a alors été investi de grandes sommes pour créer des sites, avec rédactions pléthoriques et autres dépenses pas toujours justifiées. En espérant tirer les marrons du feu sur ce nouveau média tout en ne faisant plus rien pour leurs titres « papier ». Résultat : les sites se sont révélés des gouffres financiers (la pub rapportait très peu à l’époque) et les magazines ou journaux dépérissaient. La situation n’a guère changé depuis, si ce n’est que les recettes publicitaires sur Internet ont augmenté, sans toutefois rendre la plupart des sites d’information rentables.
En fait, il faut revenir encore quelques années en arrière pour comprendre comment cette évolution a été rendue possible. Lorsque l’auteur de ces lignes a commencé à travailler dans la presse, au mitan des années 1980, la plupart des groupes de presse étaient détenus par des sociétés plus ou moins familiales, en tout cas par des dirigeants-actionnaires issus du monde de la presse, souvent passionnés par ce secteur. Et donc connaisseurs des schémas économiques d’icelui : on peut (très) bien vivre de la presse mais ce n’est certainement pas le secteur le plus rentable de l’économie. Mais, pour de multiples raisons, l’ère des « patrons de presse » s’est terminée, ils ont été au fil du temps remplacés à la tête des groupes de presse par des sociétés ayant pour seul horizon le bilan comptable et pour seul objectif les fameux « 15 % de rentabilité ». À la clé, ils ont évidemment commencé par tailler dans les coûts, en premier lieu en ciblant le poste de dépenses le plus évident, le personnel. Les rédactions se sont donc recroquevillées comme peau de chagrin, avec comme conséquence une baisse évidente de la qualité des contenus : comment mener une enquête fouillée alors qu’on est censé « produire », comment vérifier des informations lorsque l’on a X articles à finir dans les délais, comment assurer la bonne tenue grammaticale et orthographique des articles alors que la correctrice a été remplacée par le logiciel de correction de Word et ses innombrables approximations, comment faire correctement le métier alors qu’on n’est plus que trois pour remplir le journal qu’on faisait à six il y a encore peu ?
Bien plus qu’Internet, c’est cela qui a conduit au déclin de la presse « papier », tout comme l’imprévoyance et le manque de vision des dirigeants de presse. Oui, on ne peut nier qu’Internet a pris tout un pan de l’activité traditionnelle de la presse, l’information brute. Mais la plupart des groupes de presse sont montés dans le train du Web sans réfléchir une seconde à ce qu’il fallait faire pour maintenir la presse « papier » dans une bonne santé économique. Ce qui est malheureusement toujours vrai aujourd’hui : avez-vous constaté une évolution du contenu et de la présentation des quotidiens et magazines depuis l’avènement d’Internet ? Hormis, pour certains titres, une baisse de qualité (aux raisons déjà expliquées…) notable, et un moins grand nombre de pages de pub, ce ne doit pas être l’impression de grand-monde…
Pourtant, si l’on souhaite pérenniser cette presse « papier » aujourd’hui mal en point, il est évident qu’il faut songer à la « réinventer ». Certes, cela ne peut se faire d’un coup de baguette magique, et l’auteur de ces lignes ne prétend évidemment pas avoir « LA solution ». Pour autant, ne rien faire si ce n’est se lamenter sur la baisse des revenus, sur la grève, sur la mort de Presstalis ou quelqu’autre avanie ne mènera nulle part.
Alors, comment « réinventer » la presse ? Certes, le monde actuel est ce qu’il est, avec des lecteurs devenus des consommateurs d’Internet, de plus en plus habitués à lire sur un smartphone des contenus lapidaires envoyés à jets continus sans aucune hiérarchisation, la nouvelle la plus anodine ayant le même impact que la « news » la plus importante – sachant par ailleurs que les « chiens écrasés » et les articles « people » ou « à sensation » font généralement bien plus de vues sur un site d’information que des informations cruciales. Mais, pour autant, la presse « papier » peut encore avoir de beaux jours devant elle. Pour preuve un hebdomadaire comme le Canard Enchaîné, qui se porte très bien, merci pour lui, et ce sans un centime de revenus publicitaires. Comment est-ce possible ? Sans spécialement innover, le Canard a su maintenir au long des années la qualité de ses informations, a su continuer à intéresser ses lecteurs, à leur proposer des contenus inédits par ailleurs. On me rétorquera qu’il s’agit d’un cas particulier oeuvrant sur un secteur tout aussi spécifique. Ce n’est pas complètement vrai. D’autres titres, peut-être pas assez nombreux, se maintiennent à de très bons niveaux de diffusion (et par voie de conséquence économiques) dans de multiples secteurs de l’édition de presse. Le plus souvent parce qu’ils proposent un contenu de qualité répondant aux aspirations d’une cible de lectorat. C’est ce principe qui est transposable à n’importe quel organe de presse « papier ».
Mais, aujourd’hui, avec les bouleversements économiques en cours, cela ne suffira sans doute pas à pérenniser une bonne partie des titres existants. Cela va être aux acteurs du secteur de prendre les choses en main, d’arriver, répétons-nous, à se « réinventer ». À la fois dans ce qu’ils vont proposer comme contenus (et je parle là d’informations, pas de « contenus publicitaires » ainsi que voudraient les mettre en avant certains groupes « de presse », qui ne méritent pas ce qualificatif), dans leurs modes de distribution (sans les délaisser, les marchands de journaux et les grandes surfaces doivent-ils rester les seuls circuits de diffusion ?) et dans leurs rapports avec les potentiels lecteurs. Sur ce dernier point, c’est à ces acteurs de comprendre l’intérêt d’Internet. Plutôt que de se lamenter sur le fait que de plus en plus de monde délaisse la presse au profit du Web, il serait plus intéressant d’imaginer des solutions passant par Internet et/ou les smartphones incitant ces personnes (j’allais écrire « consommateurs » et puis brrr, nous sommes tous bien plus que simplement des portefeuilles sur pattes !) à s’intéresser à un titre de presse et à aller l’acheter.
Certes, cela ne peut se faire sans investissements. Mais quelle entreprise, tous secteurs confondus, peut se pérenniser sans investir ? Il ne s’agit pas de défendre la « croissance à tout prix », simplement de rendre une activité rentable. En ce sens, tout est possible. Il n’existe pas une solution unique qui conviendrait à tous les groupes de presse. Chacun doit examiner sa situation, se poser les bonnes questions, trouver les solutions adéquates, investir de manière avisée, utiliser les outils correspondant à sa situation. En bref, c’est à chaque acteur du monde de la presse de déterminer comment il va réinventer le secteur. Ce ne sera pas aisé, ce ne sera pas immédiat, tout le monde n’y réussira pas, mais, sans volonté d’aller de l’avant, l’on sait déjà comment tout cela se terminera.
Pour finir, une note d’espoir pour la presse, et une information qui permet de « raccrocher » ce billet au sujet principal du blog de ce cher Tenancier, le livre : lorsque les premiers livres électroniques sont apparus au tournant des années 2000, beaucoup prédisaient la fin rapide du livre « papier ». Vingt ans plus tard, force est de constater que cela n’est pas vraiment le cas. Selon une étude GfK parue l’année dernière, si l’on comptait en 2018 (en France) 2,3 millions d’acheteurs de livres numériques, ils ne représentaient même pas 10 % de ceux qui achetaient des livres « papier », se comptant 28,9 millions. L’édition de livres a su « résister » à l’impact du numérique. Et s’adapter à son avènement. Rien n’empêche la presse d’en faire de même. Si la volonté et la créativité sont au rendez-vous…
 
Otto Naumme
 
PS : pour ceux qui s’intéresseraient à la crise de Presstalis, les intéressants commentaires d’Éric Fottorino, directeur de la publication de l’hebdomadaire « Le 1 » : https://le1hebdo.fr/journal/actualite/le1-presstalis-74.html#

10 commentaires:

  1. Yvonne Pariente26 mai 2020 à 11:26

    je trouve cette analyse excellente, complète et ô combien réaliste, notre monde commun a vu ce gâchis s'incruster peu à peu, nous en venons toujours aux chiffres sans âmes sans scrupules (pour faire un parallèle: à l'idée de nos gouvernances)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour chère Yvonne, désolé de vous répondre si tardivement, quelques "menues" occupations...
      Merci pour vos compliments, ils me vont droit au coeur.

      Cela étant, pour moi, même si "gâchis" il y a, rien n'est inéluctable. Comme je l'ai écrit dans ce billet, je crois fermement que l'on peut réinventer la presse. Il faut déjà le vouloir, c'est là où les choses ne seront peut-être pas aussi simples...

      Otto Naumme

      Supprimer
  2. éfé Kalif En tant qu'ancien kiosquier, je peux dire que la presse papier est morte depuis maintenant bientôt 15 ans et la rentabilité des kiosques sur Paris n'existe plus depuis au moins 20 ans (trop de charges, trop de stock). La plupart des kiosques ouvrent encore pour faire les arrivages, les invendus et la comptabilité, puis ferment faute de clients. Force est de constater que les clients qui restent sont de vieux habitués, les jeunes n'achètent plus du tout, ils sont derrière leurs écrans (sauf peut-être la presse gratuite du métro)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, cher Kalif.
      Oui, je sais à quel point les kiosques sont en danger permanent et malheureusement délaissés.
      Et, s'il est vrai que les plus jeunes ne lisent plus beaucoup, c'est aussi aux acteurs du métier, presse en particulier, d'imaginer des moyens de les attirer...

      Otto Naumme

      Supprimer
  3. Il est évident que les "gratuits" ont été une plaie pour une presse papier qui est de plus en plus lamentable. J'ai été moi aussi scié en entrant un matin dans un bistrot assez fréquenté, l'unique du bled, de m'entendre, à ma question de savoir où était le journal, répondre "ben, y'a l'adsl". Internet avec mon p'tit noir ? Vous rêvez, cher loufiat.
    Après ça, à l'image du livre papier, lorsqu'on assiste à ce retour en force du disque microsillon en vinyle, on garde quelque espérance. Même s'il ne s'agit pour les gloutons du pognon que de nous revendre notre vieux matos à prix prohibitif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher Jules, les "gratuits" n'ont effectivement pas aidé. Ils ont surtout aidé à justifier le fait, pour les "payants", qu'il fallait "réduire les coûts" en sacrifiant toute idée de qualité.
      Et oui, Internet avec le jus sur le zinc, berk !

      Otto Naumme

      Supprimer
  4. Elisabeth Haakman28 mai 2020 à 15:39

    Ce constat sur la presse est intéressant et j’y souscris. Pourtant une version des faits manque à ce récit :
    Les magnats de l’industrie, aux ambitions importantes et depuis très longtemps, ont très vite compris le pouvoir de manipulation de l’information transmise aux lecteurs que représentait un organe de presse. Les enjeux électoraux, la main mise sur la vie du pays, etc. ont incités ces dirigeants de l’ombre à prendre possession de l’information. Argent oblige (certaines propositions sont difficilement refusables) ! Il ne faut pas oublier que les subsides étaient, auparavant, fournis par l’Etat. Ce qui, normalement, assurait la liberté d’expression de la presse !
    Ainsi, outre l’envie de faire de fructifier son pécule, il était plus avantageux de diriger la pensée du lecteur afin d’obtenir les suffrages désirés vers la direction du pays. Actuellement seuls quelques journaux (Le Canard enchaîné, Médiapart…), qui se refusent à être manipulés par la publicité, délivrent une information proche des faits. Leurs objectifs n’étant pas de pré digérer les événements, les lecteurs sont suffisamment grands et libres pour lire et comprendre ce qui est rapporté, à l’aune de leurs connaissances. C’est ce qui s’appelle la liberté de penser !
    Certes Internet y a mis son grain de sel car l’information circule beaucoup plus vite ainsi. Mais, quelle information ? Est-elle vérifiée ? Qui la rapporte ? Nombre de questions qu’il est impératif de se poser, et d’y répondre avant de la prendre, sans aucun doute possible, pour argent comptant. Sur Internet on peut lire tout et son contraire et ce n’est pas parce que c’est écrit (ou dit) que c’est vrai, surtout dans les journaux, même télévisés… Restons lucides.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Elisabeth, quel plaisir de vous lire ici !
      Il est vrai que pas mal de médias sont passés sous la coupe de riches financiers et/ou industriels. Cela étant, vous le savez aussi bien que moi n'est-ce pas, même dans ces temps anciens que j'évoque dans mon billet, la pression publicitaire existait. Mais était généralement rejetée par ces responsables qui méritaient leur titre de journaliste et qui étaient du reste soutenus par la direction du groupe de presse.
      Par ailleurs, la propagande n'est pas née d'hier, il faudra à ce sujet que je vous fasse découvrir un livre assez édifiant d'un spécialiste qui au début du XXe siècle, a fait en sorte de mettre les femmes à la cigarette et, plus fort, de retourner l'opinion américaine au sujet de l'entrée du pays dans la Première Guerre mondiale. Edifiant et glaçant...
      Enfin, s'il est vrai qu'un certain nombre de médias (une partie de la presse, toutes sortes de sites et réseaux sociaux sur Internet) présentent une vision pour le moins biaisée de l'information (pour ne pas dire "véhiculent n'importe quelle connerie", ça fait moins littéraire...), il tient aussi au lecteur d'utiliser son cerveau pour démêler le vrai du faux.
      Certes, on ne peut lui demander d'aller vérifier des infos à la source. En revanche, il lui est tout à fait possible de faire le tri entre les médias pour déterminer ceux qui sont fiables et les autres.
      A la presse de lui montrer, à ce lecteur, qu'elle a cette fiabilité et cette qualité, qu'elle ne le prend pas pour un idiot...

      Otto Naumme

      Supprimer
  5. Il serait bon, cher Otto, que vous nous donniez le titre de cet ouvrage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dès que je m'en souviens... (je ne sais plus où je l'ai mis...)

      Otto Naumme

      Supprimer